27 juin 2011

Daring Bakers: from phyllo to baklava

Erica of Erica’s Edibles was our host for the Daring Baker’s June challenge. Erica challenged us to be truly DARING by making homemade phyllo dough and then to use that homemade dough to make Baklava.

As if making philo dough were'nt hard enough, now comes the difficult task of immortalising baklava in a photograph or two, writing all about this adventure, and then translating it into French. Oy.

My dear boyfriend grew up on north african pastries, he would eat them everyday day if he could. He was such a happy camper when I showed him this month's challenge! As for me, I never was much of a sweet tooth, but along with a cup of (sweetened with honey) green tea with mint, north african pastries are heavenly. I always imagine baklava as the king in this kingdom, but a macho one, heavy, dry, massive and overwhelming. As my boyfriend pointed out, most baklava you buy in pastry shops are dry and crumble apart as soon as you touch them, as they are probably made of frozen phyllo. He came home from a laborous day of work only to find me stressed out because I thought I would have time to finish my baklava AND prepare dinner and still find time to hang out with him. So far from it, I had to postpone the second baking of the dish untill the next day (and wait for another syrup-absorbing twenty-four hours before savoring, ugh...!).

I made twice the amount of dough, following Erica's advice. When I realized how much of it I cut off, thus making a lot of waste, the inside of my knuckles started hurting even more. I must be the only Daring Baker who does not own a proper rolling pin. Wine bottles usually work fine for me when I bake pies. This time around, I figured it would be wiser to use my minuscule rolling pin, normally used for ravioli, that I bought one day just because it was sooo cuuute! The advantage of it is that it is very thin, probably like the ones used for phyllo dough. The downside, it's length is of about 20 cm, or 8 inches, including handles!!! That being said, I managed to pick up a nice pace by the time I was about halfway through. And now that I've eaten a good portion of my very own baklava, I can proudly say that my phyllo sheets were pretty darn thin! Still, if I'm ever to make phyllo dough again, I will first go out of my way to find one of those beautifull long rolling pins, and then try to figure out where to store it...

Now, as for the design of the baklava, I was somehow inspired by this walnut baklava from the blog Cuisine à 4 mains. Not quite the same, you will say... Besides my lack of skills (and equipment), the other difference lies in the fact that I wanted to make cheesy, kitsch baklava. Why? Good question, dunno... So I picked up my bento food cutters and magically made music and love out of leftover phyllo. To go all the way, I made green mint tea that I served in my vintage Candy Anime mustard cup! The next day I made iced tea following a new technique, so gooooooood and refreshing! I will write a post on that only, since I made two other batches, I hope they live up to my expectations!

The whole baklava making process has been a series of approximations and mistakes (for example, I forgot to put the vinegar in the dough). Never have I had to censure my post so much, getting rid of all the "me, me, me" and "I'm so frustrated" and "my pix are horrible" Never has one of my Daring  Bakers' posts been so much about me and my frustration, and because of all this, I will not share the exact recipe I used (yay, that's one less thing to write and translate!!).

Here is the link to the original recipe.

Erica de Erica's Edibles nous a accueillis pour le défi des Daring Bakers du mois de juin. Elle a décidé d'oser et de nous faire faire de la pâte phyllo et de l'utilliser pour faire des baklava.

Comme si faire de la pâte phyllo n'était pas déjà assez dur, il faut maintenant immortaliser l'affaire en une ou deux photos, raconter cette aventure et la traduire en Français!

Mon chéri a mangé des patisseries orientales toute son enfance, il pourrait en manger tous les jours. Il était comme un gosse quand je lui ai montré le défi de ce mois-ci! Moi, en revanche, je n'ai jamais trop été un bec sucré, mais avec un bon thé à la menthe (sucré au miel!), les patisseries orientales, c'est quand-même du tonnerre! Je pense toujours au baklava comme étant le chef de ce royaume, un peu macho sur les bords, lourd, sec, dense et intimidant. Comme me l'a fait remarqué mon chéri, beaucoup de baklava que l'on achète en pâtisserie sont secs et se désagrègent dès qu'on les touche, ils sont probablement faits de pâte phyllo surgelée! Il est rentré d'une dure journée de labeur, me trouvant en train de m'arracher les cheveux. J'ai bien cru pourtant que j'aurais le temps de finir mes baklava, préparer à dîner, et quand-même trouver le temps de lézarder avec lui. Loin du compte, j'ai repoussé la deuxième enfournée du plat au lendemain (et attendu encore vingt-quatre heures d'absorbtion de sirop avant de déguster...!).

J'ai suivi le conseil d'Erica et ai doublé la recette de la pâte. Quand j'ai réalisé la quantité de pâte en trop après l'avoir taillée, l'intérieur de mes mains m'a fait d'autant plus mal! Je dois être la seule Daring Baker à ne pas posséder de rouleau à pâtisserie convenable. Je me contente très bien de bouteilles de vin quand je fais des tartes. Cette fois-ci, j'ai utillisé mon minuscule rouleau à ravioli, celui que j'avais acheté parce qu'il était trop choupiii. Il a l'avantage d'être très fin, probablement comme les rouleaux à pâte phyllo. Mais il a l'inconvénient de ne mesurer qu'une vingtaine de centimètres, ou 8 pouces de long, poignées comprises!!! Ceci dit, mon rythme s'est soutenu au bout de quelques feuilles. Et maintenant que j'ai pu goûter à mes propres baklava, je peux dire que mes feuilles de phyllo étaient sacrément fines, quand-même! Mais si un jour l'envie me prend de refaire de la pâte phyllo, je chercherais d'abord à me dégoter un de ces magnifiques rouleaux... et à trouver un endroit où le ranger!

Pour le design du baklava, j'ai été en quelques sortes inspirée par le blog Cuisine à 4 mains et ses baklava aux noix. Pas tout à fait la même chose, me direz-vous. En plus de mes lacunes techniques (et du manque d'équipement), l'autre différence réside dans le fait que j'ai voulu que mes baklava soient du plus kitsch. Je ne saurais dire pourquoi. À l'aide donc de mes emporte-pièces à bento, j'ai transformé mes restes de pâte en amour et en musique. Pour y aller vraiment gaiement, j'ai fait du thé vert à la menthe que j'ai servi dans un authentique verre à moutarde Candy!!! Le lendemain, j'ai préparé du thé glacé suivant une nouvelle technique, c'était trop bon et j'en ai refait. J'y consacrerai un billet.

L'aventure des baklava a été une série d'approximations et d'erreurs (comme l'oubli du vinaigre dans la pâte). Je ne me suis jamais autant censurée, me débarrassant des "moi moi moi" et des "j'en ai marre" et des "mes photos sont atroces". Jamais un de mes billets pour les Daring Bakers aura traité autant de moi et de ma frustration. C'est pour cela que je ne partagerai pas la recette telle que je l'ai faite (ouais! un truc en moins à traduire!). Voici donc la recette originale.

IMG_574712_500

IMG_575114_500

IMG_576016_500

IMG_576117_500

IMG_576823_500

IMG_577827_500

IMG_577928_500

IMG_580432_500

IMG_581833_500

 

Okay, so the pictures are'nt so bad, but they are very far from what I had in mind, I have high expectations for my DB challenges.

Posté par FUJIIA à 11:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,


04 avril 2011

Course aux biscotti

both_580

En ce moment, je réussi mieux les plats sucrés que les salés. Si tout le monde a sa préférence, j'ai toujours été "plutôt salé". Il ne me serait jamais venu à l'idée de prévoir un dessert pour un repas. Et puis ,parfois, dans la vie les choses changent. En général, je cuisine ce dont j'ai envie... Ou plutôt, je ne cuisine pas ce dont je n'ai pas envie. C'est ainsi que je peux manger des crêpes sucrées pour le dîner ou un bol de céréales en guise de déjeuner. Tout ceci n'est pas si courant. L'important est de comprendre comment je fonctionne face à la nourriture. J'étais un enfant très difficile, quoiqu'il y avait bien pire. Je pense qu'une des raisons pour lesquelles j'aime faire à manger est qu'au moins je sais ce qu'il y a dans mon assiette. Il en faut peu pour me couper l'appétit, il suffit d'un rien. Et comme je sais à quel point un plat peut être bon quand il est bien préparé, je passe du bon temps à mijoter de bons petits plats.

L'autre jour, j'ai eu une envie incontrôlable de biscotti. J'en parle à Mister Monchéri qui, lui, n'est pas si difficile, surtout pour le sucré. Nous voilà en train d'en étudier les origines. Si des Italiens pouvaient corroborer... "Biscotti" serait la traduction italienne éxacte de "biscuit" en français. Il fallait y penser. Ce que l'on nomme trop hâtivement biscotti s'appelle le plus souvent contuccini, bien que ses origines soient floues!

De mon côté, je trouve une recette qui convient parfaitement à mon désir, celle du site de Joy of Baking, valeur sûre, tandis que Monchéri en trouve une sur le blog d'une franco-italienne que je n'ai pas noté. En total désaccord, non, juste d'humeur compétitive, nous décidons d'en faire chacun de notre coté. Je suis ma recette à la lettre, et Monchéri lit la sienne une fois et croit l'avoir mémorisée. Heureusement que je jette un œil derrière son épaule: "dis, tu devrais pas mettre les œufs, là?!!!".

J'ai laissé les miens quelques minutes en trop dans le four pour la deuxième fournée, ce qui est un peu dommage. À part ça, ce petit concours intra-ménager reflète assez bien nos personnalités. J'ai privilégié le goût et accentué l'aspect rustique. Mr. Monchéri a beaucoup travaillé l'aspect visuel et à voulu faire quelque chose de raffiné. Je crois que la taille des bûches a eu plus d'incidence sur la consistance des biscotti que la recette de la pâte en elle même. Je vous présente donc la mienne.

 

Stephanie Jaworski's chocolate almond biscotti

100 g d'amandes
130 g de sucre
220 g de farine
100 g de chocolat noir, haché très grossièrement
2 gros œufs
1 c à café d'extrait de vanille
1 c à café de levure chimique
1 pincée de sel

IMG_502512_580

Dans un grand bol, battre ensemble les œufs et le sucre (à la main s'il vous plaît!) jusqu'à ce que le mélange soit mousseux, environ 5 à 10 minutes.

Préchauffer le four à 180°

dough_580

Dans un autre bol, mélanger d'abord la farine, la levure et le sel, puis ajouter le mélange œuf-sucre, et enfin les amandes et le chocolat.

Mettre la pâte en une bûche de ≈ 30 x 9 cm (ou deux petites) sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Au besoin, tremper les doigts dans de l'eau pour ne pas que la bûche leur y colle.

Jimmy_s_cutting_580

Cuire au four 25 minutes, ou jusqu'à ce que le dessus soit dur. Laisser refroidir une dizaine de minutes.

Laure_s_cutting_580

Baisser le four à 165°. Couper la bûche en tranches de 2cm d'épaisseur en diagonale. Remettre chaque tranche sur la plaque face coupée en bas.

Cuire 20 minutes en retournant à mi-temps jusqu'à ce que les biscotti soient dorés. Laisser refroidir.

IMG_505720_580

IMG_507123_580

 

Posté par FUJIIA à 11:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 mars 2011

Daring Bakers challenge: Meringue filled coffee cake

The March 2011 Daring Baker’s Challenge was hosted by Ria of Ria’s Collection and Jamie of Life’s a Feast. Ria and Jamie challenged The Daring Bakers to bake a yeasted Meringue Coffee Cake.

P1050393_580

P1050367_580

P1050385_580

Mets la main à la pâte, indeed! I should just copy/paste the description of this dish's authors. Let me explain.
"fabulous yeast-risen coffee cake", "gorgeous brioche-like dough", but most importantly: "More often than not, yeast and non-yeast baking are seen as two separate things and we have often found that even the most passionate and seasoned bakers don’t have a lot of experience or confidence with yeast baking. " Not that I have that much experience in baking at all, but I am definitely not the yeast baking type. I have made baguettes that never rose, bagels that tasted only of yeast, but at least they kinda rose, and pizza doughs that I would rather skip talking about. Of course part of my fear is killing the yeast bacteria alltogether, but my biggest turnoff is the horrible taste mentioned above, so strong it seems impossible to season the dough accurately. You don't want to end up throwing away three quarters of what you just baked. I had long thought that the problem lied in the brand of active dry yeast I used. Maybe I should look for artisan brands, or ask for fresh yeast at a bakery?

Time passed and about a month ago, I bought the usual dry yeast. I am not really sure why. Then, a few days later, I discovered the Daring Bakers' challenge for the month of March. I got a little scared, I really did'nt want to have to write about something disgusting. Circumstances had led me to be in the company of my mother at the time. And I learned that, if it were'nt for coffe cake, I may not even be here to write this message. My grandfather supposedly married my grandmother because HER mother made the best coffee cake in the world. Note that in my family, any good meal is the best we've ever had.

The month of March went by with my completely forgetting about the Daring Kitchen. What passed through that head of mine? Thursday, the 24th, coffee cake was the last tought I had before going to sleep. Woke up on the 25th with everthing I needed in my pantry and fridge, and ready for a workout.


Le défi des Daring Bakers du mois de mars 2011 est accueilli par Ria de Ria's collection et Jamie de Life's a Feast. Ria et Jamie défient les Daring Bakers de faire un coffee cake levé à la meringue.

Mets la main à la pâte. Tel était le sous-titre de ce mois-ci. J'aurais pu simplement faire un copier/coller de la description faite par les auteurs du défi. "fabulous yeast-risen coffee cake", "gorgeous brioche-like dough", intraduisible. Mais surtout "Plus souvent que pas, la pâtisserie utilisant de la levure de boulanger se distingue et nous avons remarqué que, souvent, les pâtissiers amateurs les plus émérites n'ont pas l'expérience de, ni la confiance en l'utilisation de la levure de boulanger." (Je vous épargnerai ma réflexion sur les ressemblances et les différences entre les mots boulange (-rie) et bake (-ing, -ery), réflexion interressante, mais qui ne m'a mené nulle part.) Je ne suis certainement pas une pâtissière émérite, ce qui ne m'empèche pas d'être male à l'aise avec cette fichue levure. J'ai déjà fait des baguettes qui n'ont jamais levé, des bagels qui n'avaient que ce goût atroce de levure, bien qu'ayant levé un peu, et des pâtes à pizza dont je préfèrerais ne pas parler. J'ai évidemment la peur de tuer les précieuses bactéries, mais je suis surtout réticente à l'idée de jeter à la poubelle les trois-quarts d'un plat immangeable. J'ai souvent pensé que le problème était dans le choix de la levure, peut-être devrais-je chercher une autre marque, ou en acheter de la fraîche chez le boulanger?

Le temps s'est écoulé jusqu'à il y a environ un mois, quand j'ai fini par acheter toujours cette même levure. C'est plusieurs jours plus tard que j'ai découvert le défi des Daring Bakers pour le mois de mars. J'appréhendais de devoir écrire un article sur quelque chose qui allait être franchement mauvais. Les aléas de la vie m'ont fait retrouver ma mère à ce moment. J'ai appris que, sans le coffee cake, je ne serais peut-être pas là pour en parler. Mon grand-père aurait épousé ma grand-mère parce que la mère de cette dernière faisait le meilleur coffee cake au monde. Notez que dans ma famille,  n'importe quel bon repas est le meilleur de tous les temps.

La Daring Kitchen m'est complètement sortie de la tête pendant tout le mois de mars, jusqu'au 24 au soir, jeudi donc, quand ma dernière pensée, avant de m'endormir fut le coffee cake. Je me suis levée le 25 avec frigo et placards pleins et prets, et biscotos en forme.

 

Ingredients for one cake:

Yeast coffee cake dough:
300 g flour
20 g sugar
2 g salt
3,5 g active dry yeast
120 mL low fat milk
65 g butter, at room temperature
1 egg

Meringue:

2 small egg whites (keep yolks for egg wash)
pinch of salt
1/2 teaspoon vanilla
55 g sugar

Filling:
55 g walnuts and almonds
15 g sugar
pinch of cinnamon
90 g dark chocolate chips

 

Directions:

  • In a large mixing bowl, combine 115 g flour, sugar, salt and yeast.
  • In a saucepan, combine milk and butter, heat over medium heat until warm and butter is just melted.
  • With an electric mixer on low, gradually add warm liquid to flour mixture, beating until well blended. Increase mixer speed and beat for two more minutes.
  • With a wooden spoon, stir enough flour to make dough that holds together. Turn out onto floured surface and knead for 8 to 10 minutes until dough is soft, smooth, sexy and elastic, keeping surface floured and adding flour as needed.
  • Place dough in lightly greased bowl. Cover bowl with plastic wrap and a kitchen towel. Let rise until double in bulk, about 45 to 60 minutes.
  • Once the dough has doubled, make the meringue. Beat the egg whites with the salt, first on low for 30 seconds, then increase to high and continue until foamy and opaque.
  • Add vanilla then start adding the sugar one tablespoon at a time as you beat, until very stiff and shiny peaks form.
  • Punch down the dough. On a lightly floured surface, roll it out into a 50x25 cm rectangle.
  • Spread meringue evenly up to about 1 cm  from the edges. Sprinkle sugar and cinnamon evenly over meringue, followed by nuts and chocolate.
  • Roll up the dough jellyroll style. Pinch the seam closed to seal. Transfer the log to a lined cookie sheet, seam side down. Bring the ends of the log around and seal the ends together, forming a ring, tucking one end into the other and pinching to seal.
  • Make cuts along the outside edge at 2 cm intervals.
  • Cover with plastic wrap and allow to rise again for 45 to 60 minutes.
  • Preheat oven to 180°C
  • Brush the tops of the coffee cakes with the egg wash. Bake in the preheated oven for 25 to 30 minutes until risen and golden brown. The dough should sound hollow when tapped.
  • Carefully slide the cake to a cooling rack if using silicon mat. With parchment paper, transfer to countertop first to remove paper. Allow to cool.
  • Just before serving, dust the tops of the coffee cakes with confectioner’s sugar. These are best eaten fresh, the same day or the next day.

 

Ingrédients, pour un coffee cake:

La pâte briochée:
300 g de farine
20 g de sucre
2 g de sel
3,5 g de levure de boulanger
120 mL de lait demi-ecrémé
65 g de beurre, à température ambiante
1 œuf

La meringue:
2 petits blancs d'œufs (garder les jaunes pour dorer le gâteau)
1 pincée de sel
1/2 c à c de vanille
55 g de sucre

La farce:
55 g de noix et d'amandes
15 g de sucre
1 pincée de canelle
90 g de chocolat noir en petits morceaux

 

Réalisation:

  • Dans un grand bol, mélanger 115 g de farine, le sucre, le sel et la levure.
  • Dans une casserole, mélanger le lait et le beurre, chauffer à feu moyen jusqu'à ce que le beurre soit tout juste fondu.
  • Avec un batteur éléctrique reglé sur puissance minimum, ajouter petit à petit le liquide chaud au mélange de farine. Augmenter la puissance et battre encore deux minutes.
  • À l'aide d'une cuiller en bois, mélanger juste assez de farine pour qu'une pâte qui se tienne se forme. Pétrir 8 à 10 minutes sur une surface farinée jusqu'à ce que la pâte soit douce, lisse, et élastique, en ajoutant de la farine si besoin est.
  • Mettre la boule de pâte dans un bol légèrement huilé. Couvrir le bol de scélophane et d'un torchon propre. Laisser lever 45 à 60 minutes, la boule doit doubler en volume.
  • Une fois que la pâte a doublé, faire la meringue: battre les blancs d'œufs avec le sel, doucement pendant 30 secondes, puis plus rapidement jusqu'à ce que les œufs soient mousseux et opaques.
  • Ajouter la vanille, puis, tout en battant, le sucre petit à petit, jusqu'à ce que l'appareil soit brillant et rigide.
  • Dégonfler la pâte en lui donnant un petit coup de poing. L'abaisser sur une surface farinée, de manière à obtenir un rectangle de 25x50 cm.
  • Étaler dessus la meringue, en laissant une marge d'un cm environ tout autour. Parsemer de sucre et de canelle, puis des noix et du chocolat.
  • Enrouler la pâte comme pour une bûche. Coller les extrémités en pinçant. Placer la bûche sur une plaque couverte de papier sulfurisé, avec la jointure vers le bas. Amener les extrémités ensembles pour faire une couronne. Border une extrémité dans l'autre et pincer pour fermer.
  • Faire des entailles tous les 2 cm environ.
  • Couvrir de film plastique et laisser lever encore 45 à 60 minutes.
  • Préchauffer le four à 180°C
  • Badigeonner le dessus du gâteau de jaune d'œuf à l'aide d'un pinceau. Mettre au four pour 25 à 30 minutes. Il doit avoir gonflé et doré, et doit sonner creux quand on le tapote.
  • Transvaser sur une grille en faisant attention. Laisser refroidir.
  • Juste avant de servir, saupoudrer le dessus de sucre glace. Déguster le jour même ou le lendemain.

 

Posté par FUJIIA à 11:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,