15 mars 2012

nouilles chinoises, romanesco et bacon

Flattée de savoir que mes posts ne passent pas inaperçus, et même que mes études folles du goût ont inspiré, je continue dans ma lancée. Même s'il est sage de savoir s'arrêter, mon blog n'est pas une table de black jack! Alors j'y vais!

Toujours dans l'optique de maximiser l'ampleur du goût, son intensité, mais avec un minimum d'ingrédients, je choisis trois éléments dont les saveurs respectives correspondent à ce que j'ai en tête ce jour là. Ça peut paraître saugrenu ou au contraire évident. Je n'en sais trop rien. Ce que je peux dire, c'est que le plat était un peu sec. En même temps, il aurait suffit d'un peu plus (le double) de chou et c'aurait été farpait! Mais au prix du chou romanesco, bio de surcroît, on se contente de nouilles qui remplissent le ventre. Pas très diététique, tout ça…

J'ai trouvé un bon moyen de cuire le bacon lors du défi des Daring Bakers sur la mousse de sirop d'érable dans un contenant comestible. Il s'agissait de le cuire à l'extérieur d'un moule pour former une coupelle. La coupelle, c'est un peu compliqué, ça prend du temps, même si ça en jette, faut le dire! Mais à ce moment là j'ai compris que je pouvais cuire mon bacon dans le four, sur une grille, de manière à ce que les graisses coulent au fur et à mesure qu'elles fondent, de ce fait, minimisant leur quantité dans le produit final. Le résultat est un bacon croustillant comme j'aime!! À égoutter sur un essuie-tout quand-même à la sortie du four.

Rassurez-vous, je n'achète que très rarement du bacon, mais parfois, sûrement du fait de mes origines à moitié américaines, j'ai des envies insatiables! Toujours en tant qu'américaine, je suis aussi douée pour le multi-task, terme à inclure absolument dans un CV, au moins pour montrer qu'on le connaît. Un(e) multitasker est une personne polyvalente, mais avec une connotation d'avoir les capacités d'être très fort pour faire plusieurs choses en même temps.

Bref, tout ça pour dire que j'adore diviser mon four pour faire plusieurs choses en même temps! Pour certaines personnes, c'est une évidence! Moi, quand je le fais, j'en suis très fière. Vous noterez que je devrais peut-être nettoyer la porte du four, ou demander à l'homme de le faire! L'intérêt d'un blog et plus précisément des photos, c'est que ça permet de mettre en lumière ce genre de défauts!

Donc, j'utilise dans mon four la même méthode pour rôtir mes légumes que pour les griller sur mon grill en fonte (et accessoirement au barbeuk, si j'en avais un!). Cette recette de courgettes grillées est une des plus consultées sur mon humble blog. Et ce, grâce notamment (seulement) au site des foodies que je ne fréquente plus. Il faut bien huiler le légume et bien le saler, mais faut pas pousser, faut pas que ça baigne dans l'huile non plus, hein! Et on enfourne.

Le bacon, c'est fait, le chou, c'est fait… Pour les nouilles, je suis beaucoup moins sûre de moi. Pourtant, depuis toute petite, je suis la goûteuse de service, celle qui dit toujours "encore une petite minute" et à qui on sert un verre de vin, erreur! Rassurez-vous, petite, c'était la grenadine, mais le sucre avait sans doute un effet pervers aussi. Toujours est-il qu'un italien qui rabâche toujours que les français ne savent pas cuire les pâtes était toujours étonné de l'al dentitude de ce qu'il trouvait sous la dent chez moi. Je vous l'accorde, c'était un italien fort de préjugés! Passons…

Les nouilles chinoises, c'est pas que c'est différent, mais comme pour les cappellini, le moment où la pâte est al dente est très court, elle passe très vite de l'état de crousti-dure à celui de bouillie. Et comme je n'ai pas tellement l'habitude de ladite nouille de blé dur (jusque là c'est tout pareil) aux extraits de crevette (ou de sauce de poisson, je ne sais pas trop), je ne suis pas sûre de la quantité d'eau à mettre, ainsi que celle de pâtes. De plus, elles sont le plus souvent sautées au wok avec d'autres ingrédients après cuisson à l'eau, alors que moi, je les ai servies telles quelles. Le résultat était collant, ce qui en soi ne me déplaît pas, mais j'ai été obligée de les tronçonner pour avoir des blocs distincts.

Rien d'autre, du gomashio fraîchement préparé, au cas où ça manquerait de goût, mais pas utilisé, c'est tout. À une prochaine fois pour plus d'expériences bizarres!!

img_0914-680

img_0915-680

img_0916-680

img_0917-680

 

Posté par FUJIIA à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


27 avril 2011

Daring Bakers: Maple syrup mousse in an edible container

The April 2011 Daring Bakers’ challenge was hosted by Evelyne of the blog Cheap Ethnic Eatz. Evelyne chose to challenge everyone to make a maple mousse in an edible container. Prizes are being awarded to the most creative edible container and filling, so vote on your favorite from April 27th to May 27th at http://thedaringkitchen.com!

Le défi du mois d'avril 2011 des Daring Bakers est présenté par Evelyne du blog Cheap Ethnic Eatz. Elle invite tout le monde à faire une mousse au sirop d'érable dans un contenant comestible. Des prix seront attribués aux contenants les plus créatifs, donc votez du 27 avril au 27 mai sur thedaringkitchen.com!

IMG_551536_500

Challenge québécois, français oblige pour débuter mon histoire. La traduction en anglais viendra ensuite.
Voici qui m'a causé tant de surprises et de rebondissement! Des sentiments contradictoires, ou contraires.
Je n'ai pas fait une énorme découverte en voyant le sirop d'érable venir arroser le bacon. Et ce, non parce que j'ai voyagé au Québec ou cotoyé des Canadiens, mais plutôt parce que j'ai vu nombre d'Asiatiques, et, je crois, plus particulièrement des Coréens, mettre systématiquement du sirop d'érable sur des galettes de sarrazin bretonnes.
Oui, dans une autre vie, j'ai fait des crêpes en Californie.
Ceci dit, si ça me révoltait à l'époque, ça me dégoûte toujours aujourd'hui.
Le défi en ses termes proposait d'imaginer tout un tas de contenants comestibles pour accueillir la mousse d'érable, et de participer à un concours par la même occasion. Mon idée originale est, je crois, dans le cup en meringue. J'ai aussi essayé de faire des tuiles et ai décidé que c'est la dernière (et la première) fois que j'utillise une recette de la brigande Mrs Martha Stuart. Non seulement elle représente ce que je ne veux pas être, mais surtout sa recette était floue, difficile à suivre. Quand on a une telle renommée on a l'obligation d'éditer des recettes concises et ne pas se fo%tre de la g%eule du monde. 
Si mes tuiles n'ont pas trop mal tournées, c'est que soixante pour cent de la recette vient de mon instinct et de ma tête.

For a challenge coming strait from Quebec, I had to start my story in French. Here is the English version.
To a post full of provocations and surprises! Contradictory, or contrary, feelings.
It was'nt so surprising to see bacon bathing in maple syrup. That, not because I travelled to Quebec or hung out with many Canadians. In fact, I saw many Asians, specifically Koreans, I believe, consistently adding maple syrup to Brittany buckwheat crêpes (a savory specialty from Northwestern France)
Yes. In another life, I made these back in California.
I would feel outraged at the time, now I just find it disgusting.
The rules of this month's challenge were to imagine all kinds of edible containers to accomodate the maple syrup mousse, and we were invited to participate in a competition as well. I believe my original idea is in the meringue cup. I also tried making tuiles, which led me to assert that it was surely the last time (and the first) that I would use one of the fraudster Martha Stuart's recipes! Not only does she represent what I hope never to be, but her recipe also turned out to be very vague and difficult to follow. Someone renowned as she is is obliged to publish concise recipes and stop trying to f... with us. If my tuiles turned out okay, it's mostly because of instinct and because I used my head.

tro_in_blue_600

Venons en maintenant à la star de ce billet. Suspense... J'ai estimé impensable de ne pas réaliser les cups de bacon. Déjà, malgrès mon dégoût, je dois admettre que c'est le produit phare, après l'érable, bien-sûr, qui a inspiré Evelyne pour ce défi du mois d'Avril. Je dois le respecter. Ensuite, on ne s'appelle pas des darings bakers pour rien! (bon, moi, je suis toute nouvelle, hein...) Il ne s'agit pas juste d'oser réaliser des pièces montées d'un mètre de haut, mais aussi d'utilliser de la charcuterie dans un dessert quand il le faut!

Alors voilà, je vais tâcher de trouver un ordre cohérent et d'être claire dans ma recette.

And now to this post's highlight...It was impossible for me to imagine not making the bacon cups. Even though I find quite disgusting the idea of mixing it with sweets, I have to respect the fact that it is what inspired Evelyne for this month's challenge, along with maple syrup. And we are not daring bakers for nothing (well of course, I'm still pretty new here, right...) To dare is not just to make complicated desserts, it it also to put fr..k'n bacon in your sweets!

So here goes, I will try to write things in a coherant order and to be clear in my instructions.

Tout d'abord, la mousse au sirop d'érable:

Je commence par la recette de la mousse car c'est LA seule vraie recette du défi, mais il vaut mieux s'occuper d'abord de ses contenants si ces derniers seront comestibles.

First off, the maple syrup mousse:

I'm starting with the mousse because it is the only common item to the challengers, and a real recipe. But it will be wise to start by making the containers, if they are to be edible.

IMG_552438_300

  • 240 ml de sirop d'érable
  • 4 jaunes d'œuf
  • 7 g ou un sachet de gélatine
  • 360ml de crème entière à chantilly

Faire bouillir le sirop et retirer du feu.

Battre les jaunes d'œuf dans un bol et incorporer petit à petit un peu du sirop sans brouiller les œufs. Ajouter ce mélange au reste du sirop.

Mettre 60 ml de crème dans un bol, saupoudrer de gélatine et laisser reposer 5 minutes. Chauffer au bain-marie jusqu'à ce que la gélatine soit bien dissoute.

Battre le mélange dans le premier appareil au sirop. Laisser reposer en donnant un petit coup de fouet de temps en temps jusqu'à ce que le mélange ait la consistance d'un blanc d'œuf cru, à peu près une heure.

Battre le reste de la crème en chantilly ferme et l'incorporer à l'appareil au sirop. Réfrigérer au moins 1 heure.

Diviser entre les contenants.

  • 240 ml pure maple syrup
  • 4 egg yolks
  • 7g gelatine (one package)
  • 360 ml whipping cream

Bring the maple syrup to a boil and remove from heat.

Whisk the egg yolks in a bowl and add some of the syrup little by little, whithout curdling the eggs. Add the yolk mixture to the rest of the syrup.

In a bowl, sprinkle 60 ml of whipping cream with the gelatine and let stand 5 minutes. Heat over simmering water (or in microwave) untill gelatine is fully dissolved.

Whisk the cream mixture into the syrup mixture and set aside.

Whisk occasionally untill the mixture has the consistency of a raw egg white, about one hour.

Whip the remaining cream. Stir 1/4 of the whipped cream into the maple syrup mixture. Fold in the
remaining cream and refrigerate for at least an hour.

Remove from the fridge and divide equally among your edible containers.

Pour les cups de meringue (J'ai utillisé la recette fournie dans le défi):

meringues_in_muffin_cup_600

  • 1 blancs d'œuf
  • 55 g de sucre

J'ai utillisé deux œufs pour 110 g de sucre, ce qui m'a donné une petite vingtaine de cups, beaucoup trop à mon goût. Certaines ont fini dans la poubelle.

Préchauffer le four à 150°C. Battre l'œuf jusqu'à ce qu'il soit ferme. Ajouter le sucre petit à petit et continuer de battre jusqu'à ce que le mélange soit rigide et brillant.

À l'aide d'une poche à douille ou d'un sac de congélation percé, chemiser (si on peut dire) des moules à muffin. cf photo de gauche ci-dessus. Ne pas hésiter à en mettre beaucoup, la meringue, en se contractant à la cuisson, peut former des trous.

Enfourner et baisser immédiatement le four à 130°. Cuire 45 minutes.

Éteindre le four et laisser les meringues sécher dedans plusieurs heures.

J'avais préparé tout un arsenal pour démouler mes meringues, mais j'ai bien vu au premier coup de couteau que cela n'allait pas être possible. Meringues collantes!! Je n'ai donc pas utilisé mon arsenal, mais ai mis mes meringues au congélateur plusieurs heures, et là, miracle, avec tout de même l'aide de la pointe d'un couteau, elles se sont démoulées toutes seules. Le plus facile fut de les remplir de crème.

For the meringue cups (I used the recipe provided in the challenge):

  • 1 egg white
  • 55 g sugar

I used two eggs for 110 g sugar, which yielded about 20 cups. I had to throw some away.

Preheat the oven to 150°C. Beat the egg white with an electric mixer untill it become very stiff. Add the sugar little by little, still beating, untill the mixture gets stiff and glossy.

Using a piping bag or a ziploc, carefully line muffin or cupcake cups with the meringue.

Put in the oven and immediately lower the heat to 130°C. Cook for 45 minutes.

Turn the oven off and let the meringues cool for a few hours.

I had prepared an arsenal of tools to unmold my meringues, but I soon found out it would'nt be work out this way. I instead put the meringues in the freezer for a few hours and miracle, the tip of a knife was just enough to have them pop out of their molds. The easiest part was filling them with cream.

arsenal_pour_meringues_300

meringues_x_3_600

Pour les tuiles:

À mon grand désespoir, je vous renvoie à la recette de Martha Stuart, car c'est celle que j'ai utillisée, mais please, utillisez-en une autre...

For the tuiles:

I'm really sorry to have to link over to Martha Stuart's recipe, but it is the one I used. Please, if you will, find another recipe...

Pour les bacon cups:

For the bacon cups:

IMG_549930_300

Pour la cuisson, j'ai utillisé la recette fournie, mais me suis inspirée des liens fournis pour l'ésthétique. Je garderai le mystère concernant la confection des cups, surtout qu'il y va beaucoup du feeling en plus du soin. J'ai pensé que le fil de cuisson donnerait un meilleur résultat que les cures-dent, mais ça tenait déjà assez bien tout seul, j'ai juste voulu être sûre.

I used the provided recipe to bake these cups, but was inspired by the links that accompanied the recipe for aesthetics. I will keep the cup weaving misterious, especially since it has a lot to do with feeling it and being neat. I did use cooking string rather than toothpicks to hold the cups together, allthough it seemed to hold by itself.

bacon_600

Pour 4 cups: 10 tranches de bacon
cuisson au four environ 1/2 heure à 200°C. Surveiller attentivement, ça aura vite fait de brûler! Je les ai démoulés dès la sortie du four, pensant qu'ils seraient peut-être un peu plus moelleux et donc moins fragiles, mais je crois que ça n'a aucune espèce d'importance.

For 4 cups: 10 slices bacon
Cooking time: about a half an hour at 200°C. Check often, in order not to let it burn. I removed the cups immediately as I took them out of the oven, thinking they might be a little softer and less fragile, but I think in the end, it does'nt really matter.

bacon_x_4_600

Et voilà un beau résultat final, dont je suis assez fière. Le mélange bacon-érable s'est avéré plus que mangeable, MAIS!
Oui, mais: les cups de bacon avaient l'air teeeeeeellement bon et étaient le fruit de teeeeellement de labeur...
J'ai préféré les manger à leur juste valeur, en salade, hmmmmmmmmm!

And here are the final results of which I am quite proud. The maple syrup and bacon mix turned out more than just edible, BUT! But the bacon cups looked sooooo good and were the fruit of suuuuuch labor...
I prefered to enjoy them as I thought was most suitable, with a salad, yummmmmm!

IMG_550131_500

IMG_552337_500

IMG_552839_500bis

16 février 2011

Hamburger aux épinards, pommes frites maison

P1050087_580

Comment est-ce que j'ai pu attendre aussi longtemps pour partager cette recette? Rien que de revoir les photos me coupe l'envie de manger le saumon dont j'avais envie pour ce soir. Je fais souvent des hamburgers. Enfin, quand je dis souvent, si ce n'était pas aussi grassouillet ce serait plus souvent encore. J'ai remarqué la dernière fois que j'étais à Paris que ça se fait de plus en plus. Je dirais même, pas un bistrot branché n'en propose pas. J'ai d'ailleurs subi les moqueries familiales en ne commandant que ça.

Et pourtant. Pas un n'arrive à la cheville des miens. Et je dis ça en toute humilité. Modeste, non?

Me revoilà post-saumon cuit à l'unilatérale (ça en jette, hein?) avec patate douce, pommes de terres et choux-fleur rôtis au four. ça n'a rien à voir avec les hamburgers évidemment, c'est juste que c'était franchement bon. J'en reviens à ma recette. J'ai voulu tenter un repas diététique sans gâcher le plaisir.

P1050088_580

Première étape, repenser la composition. Dans mon hamburger idéal il y a un patty, bien sûr - le steak haché - du fromage, hé oui, tomate, salade, oignon (pas trop), mayo, ketchup, tout ça étant assez basique, il y a aussi de l'avocat et du bacon, dans le sens américain du terme. Il faut faire un peu de nettoyage. Je retire l'avocat, le fromage, le bacon que je remplace par du bacon canadien, somme toute un peu plus maigre (même si... ) et quelques cornichons.

Ensuite, pour des raisons qui relèvent autant de l'expérience scientifique que du souci de diététique ou encore juste pour le goût, je rajoute quelques bricoles à ma viande hachée. Il m'arrive souvent de mettre un peu d'oignon ou d'échalote, du sel, du poivre, du persil ou d'autres herbes, fraîches ou séchées. Dans le cas d'herbes séchées, il faut bien les réduire en poudre pour ne pas se retrouver avec un bout de thym coincé entre deux dents qui non seulement écorche la mâchoire, mais en plus laisse un goût constant de thym sur le palais. Cette fois-ci, j'ai voulu y mettre beaucoup de verdure: épinards et oignons verts, en anglais scallions, plus petit que l'oignon cébette, avec  un vert moins corcé, comprendre "qui arrache moins la gueule".

P1050089_580

S'il est bien une chose qui ne soit pas ma spécialité, c'est bien la frite! Dommage car qui veut manger un mesclun de verdure ou une salade de fruits avec un big fat juicy hamburger?!!!!! Pas moi, en tout cas. J'ai tenter d'envoyer mon chéri chercher des barquettes au kébab qui est littéralement en bas de chez moi, ça a duré un temps. Je suis passée à la frite surgelée prête à enfourner, ça a duré un temps. L'heure est au renouveau. Cette fois-ci, cette partie du repas est entièrement due à mon souci de ne pas manger de la m....e. Ni trop gras, ni bourré de produits chimiques. J'ai donc décidé de rôtir des patates préalablement cuites à l'eau.

 

Après avoir expliqué le fil de mes idées, il est temps de proposer une recette.

Pour deux personnes

  • 2 buns pour hamburger, si seulement je pouvais les acheter chez le boulanger, ça m'éviterait de me dire "si seulement je pouvais les faire"!
  • Environ 300 g de viande hachée. 15% de matière grasse, c'est quand-même meilleur.
  • 4 tranches de bacon canadien
  • 2 grosses patates farineuses
  • 3 ou 4 oignons verts
  • 1 oignon jaune
  • deux grosses poignées d'épinard
  • 1 petite tomate
  • 2 grandes feuilles de salade
  • quelques cornichons. Ça m'arrange bien de ne pas trouver ni chercher de "pickles" anglo-saxons, je n'aime pas ça.
  • mayo, ketchup, moutarde, sel, poivre...

 

Commencer par cuire les pommes de terre à l'eau bouillante jusqu'à ce que la peau se déchire ou se décolle. Arrêter la cuisson avec de l'eau froide.

Bien laver, bien essorer les épinard, les émincer finement sans les écraser. Couper les oignons verts en fines lamelles et la moitié de l'oignon jaune en dés fins. L'autre moitié de l'oignon jaune doit être coupé en fines tranches et sera réservée  à la garniture. Réserver les épinards et les oignons dans un grand bol.

P1050055_580

Bien laver et essorer les feuilles de salade. Couper finement la tomate et les cornichons. Disposer avec les tranches d'oignon sur une assiette de service.

P1050078_580

P1050082_580

Préchauffer le four à 220°. Éplucher les patates, les couper en quatre, puis en tranches plus ou moins épaisses selon le goût ou la bonne tenue de la pomme de terre. Les disposer sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Les saler et les couvrir d'un mince filet d'huile. Enfourner.

P1050073_580

Mettre la viande hachée dans le bol avec les épinards. Saler, poivrer. Bien incorporer les légumes en mélangeant le moins possible. C'est un juste milieu à trouver. Façonner  les "patties".

P1050068_580

Lorsque les pommes de terres commencent à dorer, cuire les steaks hachés. Pour ça, je ne pourrais pas me passer de mon grill en fonte mais ce n'est pas la peine d'en acheter un, bien sûr. Cuire à côté les tranches de bacon. Cinq minutes avant de servir, mettre les buns à chauffer dans le four. Vous trouverez bien une petite place entre deux bouts de pomme de terre. Baisser la température à 200°, si ce n'est déjà fait. Je vous laisse la responsabilité de gérer la cuisson des patates, chaque four étant différent.

P1050086_580

Et voilà le tout. Encore une photo plus que médiocre; oh well. By the way l'assiette contenant la viande est propre, oui oui.

P1050085_580

À savoir, ce n'est absolument pas frustrant, au contraire, de préparer des carottes coupées en diagonale pour ressembler vaguement à des chips, pour faire patienter son convive chéri ou pour grignoter en faisant la cuisine.

P1050063_580

Posté par FUJIIA à 16:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,