11 juillet 2013

Fana'Briques 2013 - Compte-rendu and then some 3° partie

Dans le prochain billet, je parlerai un peu plus du Château de Friendsington. Pour l'instant je vais enfin m'attaquer à mon réel compte-rendu de l'expo Fana'Briques.

L'homme et moi étions tous les deux à la bourre pour finir nos dioramas respectifs. On a récupéré plus de cartons qu'il n'en faut au Toys'r'us d'à côté pour remplir de Lego un cargo. On savait que la bagnole allait déborder, il allait falloir faire du sur mesure pour emballer nos créations. Merci à la famille Rodo & Co d'avoir pris avec eux le Steam Temple du Kyub' (l'homme), parce qu'en effet, la voiture débordait complètement.

Pour se rendre en Alsace, on a fait un mini convoi avec cette même famille, dont les membres sont connus sous les noms de RODO, Allyn et l'Héritier. Rendez-vous sept heures moins le quart pour débuter cette longue journée (ils étaient en retard, mais je ne préciserai pas pourquoi ;-) ). La route a été longue, mais remplie de mauvaises blagues au tournant: à chaque fois qu'une de nos voitures doublait l'autre, il fallait trouver un nouveau truc débile à faire pour faire marrer les autres. Comment cette règle s'est mise en place? Tout naturellement! Avec la famille Rodo & Co, le plus souvent, c'est le jeu du plus con et on se fend toujours la gueule avec eux.

Arrivés sur place le jeudi en fin d'après-midi, il fallait déposer nos cartons dans la future salle d'expo et surtout trouver la personne qui nous donnerait les clefs de notre chambre. Un assez long moment plus tard, nous rencontriions la mère supérieure du Couvent des Bénédictines. Faut pas blaguer avec elle. Pas commode, la bonne femme. On va se tenir à carraux!!

Au dîner, on rejoint d'autres forumeurs/exposants et je fais enfin la connaissance de mon partenaire de création, l'ami ClicketBrick. Il a l'air assez timide, en fait. Et moi aussi. Heureusement, il y a la dose de joyeux lurons à table et tout se passe bien.

Après être tombés raides pour une nuit de sommeil bien méritée, le lendemain matin, il est temps de mettre en place nos travaux respectifs. Tout le monde s'attèle à déballer les cartons. J'angoisse pour les tables basses, mais le problème est vite résolu. Dans le feu de l'action, je me pose pas trop de questions. Jusque là, tout va bien. Le compère Djaur à ma gauche n'est pas tellement plus bavard que moi. Au moins, je suis pas la seule timide.

À partir de là, tout est passé très vite. Je n'ai pas du tout vu le temps passer. J'ai l'impression que c'était toujours l'heure de manger. Ah, bonheur, que de se faire servir à manger. Petite parenthèse dans le temps où je n'ai pas besoin de cuisiner! Il y avait toujours quelqu'un pour aller faire un tour de l'expo, les stands, les boutiques, les ateliers. Plus quelques tours en ville avec Allyn. Et puis y'a eu ma corvée de crêpes. Petit moment de nostalgie quand crêpière était mon métier. Bizarrement, j'ai l'impression de ne pas avoir passé tant de temps que ça sur la table BP, celle du forum Lego. Ce qui m'arrange parce que exposer pour moi est un vrai calvaire. Parler de mon travail avec les gens n'est pas chose facile. J'espère que ClicketBrick ne s'est pas senti abandonné.

D'autant que la réalisation de ce Château de Friendsington, qui a été un énorme succès auprès des petites filles, m'a pris toute mon energie. J'ai eu du mal à me concentrer sur les créations des autres, tant mes yeux étaient fatigués d'avoir triffouillé des pièces dans tous les sens avant la venue à Fana. Chose que je regrette un peu puisqu'il y avait de magnifiques choses à voir. Je me suis un peu rattrapée pour les détails avec les centaines de photos prises par d'autres exposants et/ou visiteurs.

En rentrant à la maison, je crois avoir fait ce qui est courament appelé la déprime post-Fana. Je ne voulais pas voir de Lego pendant quelques jours, ni en entendre parler. Mais j'avais encore du pain sur la planche, mettre notre diorama collaboratif sur la toile. Ce qui veut dire trier les photos, les travailler un peu, les mettre sur Flickr et les partager sur les forums. Je crois que j'ai tout fait à l'envers. Mais c'est fait et le Château de Friendsington est un succès sur Flickr. Pari gagné. J'ai voulu un peu prouver que les filles aussi pouvaient réaliser des œuvres sérieuses. Ce n'est peut-être pas de sitôt que je me ré-embarquerai dans un truc aussi énorme, mais pour cette fois-ci, j'ai réussi. Je suis allée au bout d'un projet au long terme, chose rare pour moi, et en rentrant voilà que j'écris sur mon blog comme je le faisais avant. Enfin, pas tout à fait pareil. Je m'enchaine trois brouillons que je posterai au compte-goutte. Est-ce le signe d'une amelioration dans l'organisation? Ça me manquait de tenir le blog. Mais c'est une question de pudeur. Aujourd'hui je partage.

à suivre, le Château de Friensdington sous toutes ses coutures…

Posté par FUJIIA à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


10 juillet 2013

Fana'Briques 2013 - Compte-rendu and then some 2° partie

Il a donc été question de Fana'Briques. Le thème de l'année a été dévoilé: médiéval. Pas très ragoutant. À ce moment-là, l'homme et moi nous disions qu'on n'irait sans doute pas, c'est loin, c'est encore un événement Lego, on peut faire sans et surtout, on ne prévoit jamais à si long terme! Lui, de son côté, aurait sa propre histoire à raconter. Moi, je me permets de raconter la mienne. 

J'ai construit un petit jardin fleuri qui a beaucoup plu dans le monde des Lego Friends. C'est en voyant cette verdoyance qu'un certain Click et Brick, alias Kloou, a fait appel à moi pour imaginer un décors fleuri et gai pour illustrer sa vignette Batman que voici. Je pensais refuser parce qu'on avait quand-même un Palais de Jabba à construire à quatre mains avec l'asso Brick 66 pour une vitrine de magasin de jouets (elle est pas sur le site de l'asso, d'ailleurs, c'pas cool, ça). Mais une petite nuit a suffit pour que je pense à un château de princesse bien coloré surplombant une batcave en forme de  cœur. L'idée a plu, c'était parti.

Loin de moi l'dée d'imaginer le boulot que ça allait représenter, je m'attaquai à la cave-cœur tout en pensant au château. Mais au fait, pour faire un château, il faut un minimum de connaissances architecturales?!?! J'ai étudié des photos de châteaux existants, mais ils montraient trop une image de château fort. Il y a aussi les châteaux de la Loire, mais pas assez féériques. Certains châteaux d'Europe de l'Est commencent déjà plus à ressembler à ce que je pourrais m'imaginer d'un château de conte de fées. Et puis finalement, c'est dans les illustrations que j'ai trouvé mon bonheur.

babe52065a

princess_castle_mural_room_1

York Wallcoverings

Unicorn_Castle_5__PLAIN_FLARE_03

En Lego, y'avait aussi des trucs sympathiques, comme ce "Weird Princess Castle", par Curzon79:

On ne croirait peut-être pas au premier abord, mais c'est principalement dans la gallerie Flickr de 'LL' alias Lukasz Wiktorowicz que j'ai trouvé mon inspiration pour les techniques de construction du château, mais aussi de la roche pour la Batcave (il semblerait que certaines photos aient disparu depuis). J'ai bouffé de ses photos tout en ne sachant toujours pas quelle gueule aurait le château au final.

Dans l'album Flickr dédié au château de Friendsington vous trouverez des aperçus des travaux en cours ainsi que des photos du résultat final. La construction du château a été purement du freestyle, j'ai monté les étages au fur et à mesure, en essayant de faire en sorte de garder une harmonie générale. Et pendant tout ce temps-là, je ne compte pas tous les messages privés échangés avec le camarade Click (et Brick) pour se tenir au  courant. Quand il m'a demandé de collaborer sur ce projet, il ne savait sans doute pas qu'il devrait sans cesse rassurer celle qui manque un peu beaucoup trop d'assurance (moi). Ça a été un plaisir de travailler avec quelqu'un qui semble toujours de bonne humeur, qui est un peu farfelu sur les bords et qui use du smiley face comme si demain il n'y en aurait plus.

à suivre…

Posté par FUJIIA à 09:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09 juillet 2013

Fana'Briques 2013 - Compte-rendu and then some

J'ai toujours de la visite sur mon pauvre blog abandonné. Je pense que je pourrais bien le recycler encore (le blog). C'est pratiquement exclusivement pour les recettes que les gens viennent ici. Ça fait à peu près un an qu'il n'y en a pas eu de nouvelle. Il est grand temps de ramener les visites à ce qui m'intéresse plus en ce moment. Je veux parler du Lego.

Au bout d'un moment (merci pour l'expression, chéri), je dois bien avoir des choses à dire ou montrer, en rapport ou non avec cette fichue brique!!

C'est le moment ou jamais. Le fameux RODO de l'association Brick 66 - Sempre Jugant dont je suis membre veut un compte-rendu de mon expérience de l'exposition Fana'Briques qui s'est déroulé dans le très joli bourg de Rosheim en Alsace. Fana'Briques, c'est le plus important salon 100% Lego en France (pas taper sur les doigts!!). C'est l'événemment incontournable pour qui veut se taper 10 heures + de route pour trois jours de plastique qui s'emboite. Pour d'éventuels nouveaux lecteurs, il faut savoir que je suis un peu vulgaire comme fille. Enfin, quand je me lâche, ce qui n'est pas toujours le cas.


L'an dernier, à cette même époque, l'homme et moi avions fait escale à Aix-en Provence au retour de cette expo, d'où on avait ramené une tonne de mirabelles et d'abricots (voir recette de la gelée de mirabelle ici). Ironie du sort, l'Alsace n'est-il pas le pays de la mirabelle? Ou racontai-je encore des putains de conneries? Qui sait? Toujours est-il que c'est la dernière recette publiée. J'ai toujours un grincement au cœur. Une passion de perdue, dix de retrouvées?!!  (oui, dix: Lego Friends, Lego Chima, Ninjago, tout ce qui est pas licence, quoi!! et dans un ordre complètement aléatoire). Dix, donc. Collectionner toutes les boites Friends, même les polybags, écrire des revues quand ça me chante (une seule au compteur), matter ce qui s'fait sur Flickr, assister à l'abandon de ce dernier après de sauvages mises à jour et le retour inévitable (enfin, évitable, mais pas actualisé, ne dirai-je point encore des sornettes?)

Bref.

Non, une seule passion de retrouvée. On va appeler ça la brique danoise. Selon les messages qui suivront celui-ci sur le blog, on pourra officiellement décider de si c'est une AFOL (Adult Fan Of Lego et c'est la dernière fois que je le précise) qui parle ou une simple plaisantine qui vous fait marcher à parler de Lego. Je dois dire que j'ai resisté. Ô combien j'ai résisté!!!! Comme dit dans une interview chez m'sieur Hothbricks (névrosée sociopathe, mais…) les fans de Lego sont une espèce qui fait peur au premier abord (même après en fait). J'suis chez moi, ici, je peux dire ce que je veux! et mettre des parenthèses à tout bout de champs aussi! Je m'exprime mieux à l'écrit qu'à l'oral, les autres AFOLs l'auront remarqué. La petite, elle a perdu sa langue!


L'an dernier, donc, l'homme et moi avons été pour la première fois à Fana'Briques, littéralement à l'autre bout de la France. Lui s'était mis dans les Lego depuis quelques mois, moi, je l'aidais à ranger son vrac et on montait des sets en amoureux (ce qu'on fait toujours, romantique, non?). À l'époque, je participais à un projet photo dont le fruit est là: clic. En cette fin Juin, le thème était colère et je m'étais amusée à chercher des minifigs en colère sur tous les stands du salon. Ça m'avait permis d'examiner de plus près toutes ces créations. J'avais bien trippé, faut -dire! Mais c'est aussi à ce moment-là que j'ai pris peur en voyant tous ces adultes qui "jouent aux Legos" et qui parlent dans des termes à l'époque incompréhensibles. Aujourd'hui, j'ai toujours du mal à accepter que j'en fais partie. Et pourtant…

Je ne sais plus quand j'ai commencé ma première création, "Vicky's Tea and Coffee", mais courant aout j'avais déjà des photos de work in progress. Ce n'est qu'en Novembre qu'elle a été postée sur le net (ici entre autres). Elle a fait son temps au Salon du Modélisme d'Argeles-sur-Mer et puis je me suis définitivement mise au Lego. Il y a eu quelques concours L13 et surtout une création dont le succès a largement dépassé mes espérances, "La Mort aux Trousses". Je vois en allant rechercher les liens que tout ce qui a trait à cette satanée brique est passé en gros vent sur le blog. Pourquoi je les mets alors? Ben Pacekeu!

Tout ça pour dire qu'on a fait la rencontre, l'homme et moi de Rodo et sa petite famille, ce dernier a monté une asso de fans de Lego, grands et petits, dont nous sommes tous les deux membres (l'homme et moi, si vous suivez), de fil en aiguille, on a participé à des salons, suivi le flow pour faire des animations pour les enfants dans un magasin de jouets, entre autres. Et puis ça a commencé à parler de Fana autour de nous.

À suivre…

Posté par FUJIIA à 12:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

15 mars 2012

nouilles chinoises, romanesco et bacon

Flattée de savoir que mes posts ne passent pas inaperçus, et même que mes études folles du goût ont inspiré, je continue dans ma lancée. Même s'il est sage de savoir s'arrêter, mon blog n'est pas une table de black jack! Alors j'y vais!

Toujours dans l'optique de maximiser l'ampleur du goût, son intensité, mais avec un minimum d'ingrédients, je choisis trois éléments dont les saveurs respectives correspondent à ce que j'ai en tête ce jour là. Ça peut paraître saugrenu ou au contraire évident. Je n'en sais trop rien. Ce que je peux dire, c'est que le plat était un peu sec. En même temps, il aurait suffit d'un peu plus (le double) de chou et c'aurait été farpait! Mais au prix du chou romanesco, bio de surcroît, on se contente de nouilles qui remplissent le ventre. Pas très diététique, tout ça…

J'ai trouvé un bon moyen de cuire le bacon lors du défi des Daring Bakers sur la mousse de sirop d'érable dans un contenant comestible. Il s'agissait de le cuire à l'extérieur d'un moule pour former une coupelle. La coupelle, c'est un peu compliqué, ça prend du temps, même si ça en jette, faut le dire! Mais à ce moment là j'ai compris que je pouvais cuire mon bacon dans le four, sur une grille, de manière à ce que les graisses coulent au fur et à mesure qu'elles fondent, de ce fait, minimisant leur quantité dans le produit final. Le résultat est un bacon croustillant comme j'aime!! À égoutter sur un essuie-tout quand-même à la sortie du four.

Rassurez-vous, je n'achète que très rarement du bacon, mais parfois, sûrement du fait de mes origines à moitié américaines, j'ai des envies insatiables! Toujours en tant qu'américaine, je suis aussi douée pour le multi-task, terme à inclure absolument dans un CV, au moins pour montrer qu'on le connaît. Un(e) multitasker est une personne polyvalente, mais avec une connotation d'avoir les capacités d'être très fort pour faire plusieurs choses en même temps.

Bref, tout ça pour dire que j'adore diviser mon four pour faire plusieurs choses en même temps! Pour certaines personnes, c'est une évidence! Moi, quand je le fais, j'en suis très fière. Vous noterez que je devrais peut-être nettoyer la porte du four, ou demander à l'homme de le faire! L'intérêt d'un blog et plus précisément des photos, c'est que ça permet de mettre en lumière ce genre de défauts!

Donc, j'utilise dans mon four la même méthode pour rôtir mes légumes que pour les griller sur mon grill en fonte (et accessoirement au barbeuk, si j'en avais un!). Cette recette de courgettes grillées est une des plus consultées sur mon humble blog. Et ce, grâce notamment (seulement) au site des foodies que je ne fréquente plus. Il faut bien huiler le légume et bien le saler, mais faut pas pousser, faut pas que ça baigne dans l'huile non plus, hein! Et on enfourne.

Le bacon, c'est fait, le chou, c'est fait… Pour les nouilles, je suis beaucoup moins sûre de moi. Pourtant, depuis toute petite, je suis la goûteuse de service, celle qui dit toujours "encore une petite minute" et à qui on sert un verre de vin, erreur! Rassurez-vous, petite, c'était la grenadine, mais le sucre avait sans doute un effet pervers aussi. Toujours est-il qu'un italien qui rabâche toujours que les français ne savent pas cuire les pâtes était toujours étonné de l'al dentitude de ce qu'il trouvait sous la dent chez moi. Je vous l'accorde, c'était un italien fort de préjugés! Passons…

Les nouilles chinoises, c'est pas que c'est différent, mais comme pour les cappellini, le moment où la pâte est al dente est très court, elle passe très vite de l'état de crousti-dure à celui de bouillie. Et comme je n'ai pas tellement l'habitude de ladite nouille de blé dur (jusque là c'est tout pareil) aux extraits de crevette (ou de sauce de poisson, je ne sais pas trop), je ne suis pas sûre de la quantité d'eau à mettre, ainsi que celle de pâtes. De plus, elles sont le plus souvent sautées au wok avec d'autres ingrédients après cuisson à l'eau, alors que moi, je les ai servies telles quelles. Le résultat était collant, ce qui en soi ne me déplaît pas, mais j'ai été obligée de les tronçonner pour avoir des blocs distincts.

Rien d'autre, du gomashio fraîchement préparé, au cas où ça manquerait de goût, mais pas utilisé, c'est tout. À une prochaine fois pour plus d'expériences bizarres!!

img_0914-680

img_0915-680

img_0916-680

img_0917-680

 

Posté par FUJIIA à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

13 mars 2012

Gomashio et pesto de persil. Une petite étude des goûts…

Je ne veux pas prétendre tout connaître dans le domaine très vaste qu'est la gastronomie. En aucun cas je ne pourrais faire pareille chose! Comme pour tous les domaines de la vie, tant qu'on n'est pas dans la tombe, on apprend toujours.

Par ailleurs, quand on traîne sur les blogs de ci de là, on peut avoir très vite fait de se demander où on a bien pu hiberner ces dernières années. Hors il ne faut pas se sous estimer. Chers lecteurs, c'est valable pour vous aussi. Parfois il faut aussi se creuser les méninges, car on a peut-être entendu parler, voire mangé un ingrédient ou un plat, et puis, on a oublié. Sans jamais essayer de s'en servir, ou d'en reproduire la recette. J'insiste, ne pas se sous estimer. C'est le cas pour moi et pour le gomashio. Avant d'en dire plus et ayant de vagues notions de japonais, je vais d'abord taper sur ceux qui l'écrivent gomasio. La syllabe "si" n'existant pas en japonais, il faut dire et écrire "shi". Donc le terme en -sio est toléré et utilisé à tord, même par les marques. Je suis chiante, non? Si en français, les règles peuvent être transgressées (ex: bonbon), ce n'est pas le cas pour le japonais. (note: mon vérificateur d'orthographe me corrige mon gomashio en -sio, et ensuite me propose gommassions à la place de gomasio. Décidément, on ne peut pas faire confiance aux machines!)

Toujours est-il que je découvre, ou re-découvre le gomashio, et que si l'on en croit certaines blogueuses, c'était déjà ringard en 2006 (enfin, ça c'est mon interprétation…). Mais je ne vous ai pas sonné(e)s! Et si je veux l'utilliser maintenant? Même si ça ne fait pas partie des tendances de 2012? Hein? Vous m'en voudrez pas trop d'être aussi ignorante? Et ringarde?

Pour ceux qui sont ignares comme moi, et je suis sûre qu'il y en a plein, le gomashio est un condiment constitué de graines de sésame et de sel de mer. À ratio variable, on les fait torréfier ensembles pour que la science de la nutrition millénaire fasse son travail. Le sel aide à dégager les nutriments du sésame et vice et versa. On peut acheter le gomashio en épicerie bio pour plus cher qu'il ne vaut, ou on peut le faire soi-même en un rien de temps. Et contrairement aux mochi japonais qui sont sensés être très faciles à faire, mais qui peuvent s'avérer catastrophiques, le gomashio est VRAIMENT facile à faire. Torréfier ensemble, puis broyer ou mixer ou pilonner ensemble, mettre dans un bocal propre et sec et ranger à côté du sel et du poivre, ou ailleurs.
Ça va, c'est assez simple?

img_0911-680

Partant de ce constat (la simplicité de l'ouvrage), j'en profite pour me prendre pour la savant(-e)-fou(-lle) des goûts, m'inspirant d'informations glanées sur des sites verts et divers. Trop nombreux pour les citer. D'autant que là, je suis en plein dans l'expérience scientifique, et je ne voudrais pas mettre la faute sur de pauvres avant-gardistes de l'alimentation si je m'en inspire pour faire n'importe quoi. Lorsque je m'inspire concrètement de quelqu'un ou de quelque chose, je le signale toujours. Je me défend donc d'avance pour quelque accusation future et potentielle.

Voici donc que je me mets dans l'idée de faire un pesto. Démunie de recette et ignorante dans le domaine! Oui. Je concoctai donc une pâte de persil à l'allure de curry vert, mais au goût de persillade (ce qu'on met dans les escargot, les coques…). Pas assez d'huile, du persil à la place du basilic, le gomashio remplace le sel et les pignons. L'ail est là, et pour le parmesan tant pis. Sauf que sous-estimant le pouvoir salant du gomashio (rappelez-vous, je suis une ignorante!),  et ayant déjà mis du sel pour piler l'ail, je me retrouve avec un pince lèvre, comprendre dix fois plus salé que les dernières chips du fond du paquet!.

Si je fais du pesto, on pourrait s'attendre à de belles linguine fraîches, mais ce serait oublier à la fois mon ignorance et le mode savant-fou dans lequel je semble errer.

img_0912-680

J'ai parfois tendance à additionner les protéines. Le jambon, par exemple, accompagne merveilleusement bien les œufs. Ce n'est ni sain ni écologique, et pourtant c'est si bon dans un croque-madame! Dans un élan d'amélioration du monde et de ma personne, je saute le jambon pour aujourd'hui et mets un peu de pesto sur l'œuf. La salade est plus souvent verte et/ou de concombres d'habitude, et en beaucoup plus grande quantité que sur la photo, mais là encore l'expérience scientifique était de mise. Radis, carotte, vinaigre balsamique, huile d'olive, échalote et gomashio (une fois qu'on l'a fait, il faut bien l'utiliser!!). Je me rends compte en notant tout ça que ça n'a pas grand chose d'extraordinaire, et en même temps si (ne pas se sous-estimer! ter).

img_0944-680

Toujours dans l'optique d'essayer de nouvelles choses et comme mon pesto est plus pâteux que sauceux, je tente de faire une vinaigrette à la moutarde et au pesto. La vinaigrette, c'est mon dada. Or, je suis sûre que si je fais des recherches sur le sujet sur internet, je me sentirai trop nulle encore.

img_0949-680

Depuis que je suis petite, j'adore photographier la vinaigrette. Je n'ai encore jamais taché de graisse mon objectif, je touche du bois. Ici, à part que l'ail remplace l'éventuelle échalote, je me retrouve avec une vinaigrette somme toute normale, mais avec un goût de persil qui aurait "traîné" dans la sauce, autrement dit un goût que je n'affectionne pas particulièrement. Pour ce qui est du gomashio, il n'est ici qu'anecdotique, mais je saurai le mettre en valeur en petite touche finale dans le futur, pas d'inquiétude! Par contre, il s'avère que la plupart du temps je ne photographie pas mes plats ni ne note exactement ce que j'y mets (ils finissent toujours dans mon ventre, mais plus rarement sur le blog!!). Erreur, me direz-vous?! Et vous aurez raison! Pourtant j'ai recommencé à pratiquer le carnet pour noter idées en tous genre, mais il n'y a encore que très peu de note culinophiles dedans.

Note: ce petit interlude sert maladroitement à m'excuser de l'absence de recette, et ce pour tous les plats dont je vous ai parlé aujourd'hui!

img_0951-680

img_0954-680

Puisque j'étais lancée dans les expériences, j'ai relevé le défi des œufs pochés! Eh oué! (ça y est, si je me mets à écrire des "eh oué" à tout va, à quand les lol et les mdr. Mais "eh oué" au moins ça rime avec "pochés"!) Une réussite, si vous voulez mon avis! Le blanc bien cuit mais pas caoutchouteux et le jaune bien liquide!!!!! Yum Yum!

img_0958-680

img_0959-680

Ici s'achèvent les travaux pratiques. À une autre fois pour je ne sais quelle nouvelle lubie. À suivre…

Posté par FUJIIA à 15:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,