15 février 2012

Une fondue catalano-savoyarde

Cheese Fondue-680

Il y a quinze ans, j'aurais préféré mourir de faim plutôt que de toucher à un morceau de fromage. Bien des fois on m'a dit: "tiens, prends un babybel, ça n'a pas le goût de fromage". Horreur! C'est encore pire! Vous ne savez donc pas que le polyéthylène, ça ne se mange pas? Bon, j'exagère sans doute.

Fifteen years ago, I would have died, rather than to touch a piece of cheese. Many times I've been told: "here, grab a babybel, it doesn't taste like cheese". Total Disgrace! This is even grosser! Don't you know you're not supposed to eat polyethylene? Okay, well I may be exagerating.

IMG_0552-680

Mon frère et moi avions sur notre trajet pour aller à la maternelle une des crémerie-fromageries les plus renommées de Paris. Nous nous bouchions le nez et franchissions tout le pâté de maison en courant. Mon frère disait qu'il n'aimait pas le fromage parce qu'il se rappelait l'avoir "goûté dans le ventre de Maman". Moi, ben ma foi, je n'ai pas ce genre de souvenir, mais l'odeur était largement suffisante à me faire déguerpir.

My brother and I would walk by one of Paris' most renowned cheese shops on our way to Kindergarten. We would pinch our noses and run through the block! By brother used to say that he didn't like cheese because he remembered tasting it "in Mom's stomach". I, on the other hand, can't recall of such memories, but the smell alone was plenty to make me run away.

                  fromages-680

Ensuite, à l'âge de raison, déménagement. Pas de crémerie sur le chemin de l'école, mais une sur le chemin de la boulangerie. Moins renommée peut-être, mais à l'odeur tout aussi putride, enfin, pour nous autres gamins gâtés et ingrats. Mon frère et moi devenions des pros de l'apnée.

Then, around the age of seven, we moved. No cheese shop on the way to school, one on the way the the bread shop. Maybe not quite as renowned, but with an equaly disgusting smell, at least for us spoiled and ingrate kids. My brother and I were mastering the art of apnea.

cuisson-680

Je n'ai pas été perdue seule dans le Sahara avec comme seul réconfort un morceau de maroilles. Non. J'ai été embauchée pour faire découvrir les galettes bretonnes aux Américains sur les marchés. C'était encore une toute petite entreprise et nous avions le droit de manger une crêpe après avoir rangé les éléments du stand dans le camion. Sachez-le, une crépière, c'est lourd! Et ce maudit parasol qui ne voulait jamais se fermer! On avait droit à une crêpe à condition de se la faire soi-même et sans dégueulasser le plan de travail. Mais quand il y avait des "mistakes", comme on les appelait en français (des erreur), interdiction de se préparer la crêpe de son choix! J'ai commencé par manger certaines crêpes avec du monterrey cheese ou de la mozza. C'est que j'avais faim! Un beau jour j'ai dû manger une crêpe au fromage de chèvre. Ce fût une expérience très pénible. Je m'efforçait de ne préter attention qu'aux pousses d'épinard, mais le goût du chèvre prenait le dessus. Plus tard, la "Cabrit" devint ma crêpe préférée.

J'ai plus d'un tour dans mon sac en ce qui concerne les histoires fromagères, mais je ne peux pas tout dévoiler. Alors peut-être une prochaine fois j'écrirai un autre billet sur le sujet.

Ce billet-ci est dédicacé à Benjamin, Isabelle, Thierry et Marina. (désolée Benjamin, le ragoût de peau de chèvre, c'est plus dégueulasse qu'un morceau de Comté!)

I didn't get lost alone in the Sahara with all but a piece of maroilles (very smelly cheese) to cheer me up. No. I was hired to introduce French crêpes to Americans on farmers' markets. It was still a small business and we were allowed to eat a crepe after putting the crêpe stand away. Know that a crêpe machine is very heavy! And the darn big umbrellas that would never close! We could have a crêpe so long as we made it ourselves and we didn't dirty the stand. But when there were "mistakes", as we called them with a French accent, no way Jose! So I started eating crêpes with monterrey cheese, or mozzarella. By Georges, I was hungry! One day I had to eat a crêpe with goat cheese. It was a very unpleasant experience. I tried to only pay attention to the baby spinach, but the taste of goat cheese gained the upper hand. Later, the "Cabrit" became my favourite.

I have many more cheese stories up my sleeve, but I can't reveal them all. Perhaps another day I'll write something else on this particular subject.

This post is dedicated to Benjamin, Isabelle, Thierry and Marina. (Sorry Benj, goat skin stew is much grosser that any cheese I can think of!)

dessert-680

La recette de la fondue:

-par personne: 200g de fromage et 8 à 10 cl de vin blanc sec.
-Dans les fromages de base, nous avons Emmental, Comté, Gruyère. Dans les fromages plus prononcés, Abondance, Appenzeller, Beaufort. Pour les vins, en principe, un vin de Savoie: Appremont, Roussette d'Ayze, Abymes, Chignin

Dans ma recette:

-Emprunter un service à fondue

Les fromages:
-Emmental au lait cru IGP de Savoie
-Comté extra AOP juraflore doux au lait cru, affinage six mois
-Gruyère doux suisse AOP, affinage six mois
-Appenzeller surchoix au lait thermisé

Le vin:
-Marieta Côtes du Roussillon blanc, Domaine des Demoiselles 2009, le même qu'on boit avec la fondue

Mais encore:
-deux baguettes à l'ancienne (pour quatre), ça me parait résonnable
-1 gousse d'ail
-poivre
-noix de muscade
-Kirsch
-fécule de pomme de terre (au cas ou)

Déroulement de la recette:

-Couper le fromage en cubes.
-Mettre de côté la quantité de vin approximative, ça donne une idée.
-Frotter l'interieur du caquelon avec la gousse d'ail coupée en deux.
-Sur le feu (pas sur le réchaud de la table à manger), faire fondre petit à petit un peu de fromage dans un peu de vin, remuer fréquement, et ajouter au fur et à mesure plus de vin et plus de fromage, toujours en remuant.
-Un peu avant d'avoir tout mis, poivrer, râper un peu de noix de muscade, une touche de paprika, pourquoi pas.
-Ajouter un petit peu de Kirsch. Si la fondue est vraiment trop liquide, diluer un  peu de fécule (1 c.às.) dans le Kirsch au préalable.
-Servir aussitôt, poser le caquelon sur le réchaud.
-Touiller la fondue avec le pain à chaque fois que l'on se sert.
-Décider au préalable de si celui qui perd son bout de pain aura un gage ou non

-Servir avec une salade verte et éventuellement des cornichons et petits oignons.

 Sources: notrefamille.com; Parfums de Campagne; Cuisine des Alpes; Délices et Caprices; à bon entendeur (TSR)

Fondue recipe:

-Per person: 200g of cheese and 8 to 10 cl of dry white wine.
-Basic cheeses: Emmental, Comté, Gruyere. More pronounced cheeses: Abondance, Appenzeller, Beaufort. For wine, normally a Savoie wine: Appremont, Roussette d'Ayze, Abymes, Chignin

In my version:

-Borrow a fondue set

Cheeses:
-Emmental (unpasterized raw milk, Savoie IGP)
-Comté (extra AOP, Juraflore doux, unpasterized raw milk, six month maturing)
-mild Swiss Gruyere (AOP, six months maturing)
-choice Appenzeller (semi-pasterized milk)

Wine:
-Marieta white Côtes du Roussillon, Domaine des Demoiselles 2009, the same we will drink with the meal

And then some:
-two baguettes (for four, seems about right)
-1 garlic clove
-black pepper
-nutmeg
-Kirsch liquor
-potato starch (just in case)

Let's proceed:

-Cut the cheese (pun unintended!!) into cubes
-Measure up the wine you're going to use
-Rub the inside of the fondue pot with the halved garlic clove.
-Over heat (in the kitchen, not on the fondue warmer), melt the cheese and the wine little by little, stirring often, adding a little bit more each time until almost all the cheese has melted.
It little bit before you're finished with that, add pepper to taste, nutmeg and why not a dash of paprika
-Add a small shot of kirsch. If the cheese is very liquid, previously mix a tablespoon of starch to the Kirsch.
-Serve immediately on the fondue warmer
-Each time you dip a piece of bread, stir the mixture a little.
-Before eating, decide wether you want to follow tradition and forcefully dare whoever drops their bread in the cheese to do something they don't want to do.

-Serve with a green salad and pickled veggies.

Sources: notrefamille.com; Parfums de Campagne; Cuisine des Alpes; Délices et Caprice; à bon entendeur (TSR)


21 décembre 2011

Noël "white and gold", le nez dans la soupe: crème de choux-fleur aux champignons, tomme de brebis des pyrénées

Cela ne fait qu'un mois que mes yeux se sont écarquillés à l'idée d'un concours inspirant et excitant? J'aurais cru que cela en faisait six au moins, tant il s'est passé de choses dans ma vie, dans ma tête. Tant de choses et pourtant si peu. De retour d'une visite familiale, séparation momentanée, inspection introspective, confrontation, coup de théâtre, réveil; je redécouvre l'article que j'avais lu là-bas, lequel m'était complètement sorti de la tête. Ouf, la date a été reportée!

Je ne souhaite bien évidemment pas gagner ce concours (la bonne blague!). Le but premier est ici de m'exprimer à l'aide d'une structure simple, celle non pas de la compétition mais du respect du thème donné et la maîtrise de la technique, ou pas. Je présente une photo qui m'exaspère de défauts, mais je dois l'assumer. Elle est le fruit d'une recherche inconsciente suivie de la trouvaille dans le magasine Zeste d'une recette alléchante, elle-même suivie le lendemain du rapprochement entre la-dite recette et le concours.

Je ne voudrais pas blablater trop longtemps si les filles de Culinographie doivent lire tous les posts de tous les blogs qui participent au concours. Mais c'est plus fort que moi. La dernière fois que j'ai participé à un concours je me suis (sadiquement) retenue et me suis retrouvée frustrée. Au risque de squatter le temps des autres, je me lâche.

IMG_0228-traité raw-580

J'ai choisi d'utilliser un compact, mon nouveau petit bijoux portable, le canon powershot S95 qui permet tous les réglages manuels. J'utillise d'habitude ce qui fut un bijoux il n'y a encore pas si longtemps que ça, mon reflex canon EOS 350D, que je pense maîtriser mais avec lequel je m'amuse beaucoup encore. Au lieu de passer au niveau d'au-dessus (les boules quand mon frère achète, nonchalant et devant moi, le 50D, moi qui était déjà jalouse de son 450D... bon, trêve de geekerie inutile), j'en suis restée à mon bon vieux reflex que je chéris et suis toujours à la recherche du compact parfait. De ce côté-là, j'en change comme de blouse! Alors voilà, mon nouveau compact, je ne le maîtrise pas du tout! J'en maîtrise les concepts, mais ai perdu un temps fou à trouver les bons boutons pour faire telle ou telle chose. J'ai du sacrifier le tout manuel. Certaines de mes photos ont été prises en auto-focus, d'autre en focus manuel mais en exposition automatique, je crois avoir terminé en priorité ouverture. Si la lumière du jour avait été infinie (en intensité comme en durée), il aurait fallu opter pour une plus petite ouverture pour que mon Snoopy soit net comme la soupe.

J'ai d'abord joué avec mes accessoires et mon bol vide, alors que la lumière était parfaite. Faisant ensuite de plus en plus sombre dans la pièce, les idées se mettaient peu à peu en place. Le thème du white and gold est dans la recette comme dans l'accessorisation. Snoopy jaune a été pris la main dans le sac, ou le nez dans la soupe, en train de renifler la première mise en bouche du repas de noël! Le père noël ne va pas être content! Certes, ce n'est pas très logique que la soupe soit déjà servie dans une pièce ou il fait encore noir en attendant les convives! Il faudra de l'imagination pour éliminer ce défaut.

L'éclairage consiste en la lumière du jour qui vient de la droite et une lampe de poche LED superpuissante qui vient de la gauche, qui est sensée donner l'effet d'une porte qui vient de s'ouvrir ou d'une halogène qui vient d'être allumée. Résultat, elle est tellement blanche qu'on croirait presque la lumière du jour.

Il nous était averti dans l'énoncé du concours de faire attention à la retouche des photos. Si cela veut dire qu'aucune retouche n'est tolérée (du moins aucune retouche visible!!), alors je suis disqualifiée. Mais tout dépend de ce qu'on appelle retouche. Depuis plusieurs années, j'aime travailler les fichiers RAW comme une sorte de négatif. En me renseignant sur les photographes professionnels, je ne retrouve que très rarement mentionné ce format d'image. "Développer" un fichier RAW peut être considéré comme de la retouche ou pas. Mon nouvel appareil prend des images en RAW, ce qui est rarissime pour un compact (et peut-être inutile!!). En général, je rectifie l'exposition (sur cette image elle reste inchangée) et surtout la balance des blancs, que je peaufine jusqu'à en perdre la tête. Ici, j'ai essayé de rendre les couleurs telles qu'elles étaient avec une très légère teinte vers le jaune (mais alors très légère!). À mon avis, la photo RAW comporte beaucoup plus de détails et de piqué que son homologue JPEG. Dommage que ma photo soit un peu floue!


SPECS PHOTO:
modèle: canon powershot S95
format originial: RAW
mode: priorité vitesse (donc expo 0,0)
vitesse: 1/15
ouverture: 4,9
balance des blancs: soleil (changé en t° kelvin, je n'ai plus les données)


SPECS RECETTE:
Adaptation de la recette Crème de chou-fleurs aux champignons parue dans le hors-série n°1 décembre-février du magasine Zeste.

pour 3-4 personnes:
300g de chou-fleur
2 petites pommes de terre
1/2 oignon (ou comme moi, la partie bonne d'un oignon moitié pourri!!)
1 petite poignée de champignons de Paris
1 gousse d'ail
+/- 70 cl de fond de veau
10 cl de crème
huile d'olive
1 morceau de tomme de brebis des Pyrénées
sel, poivre du moulin

-Peler, émincer l'oignon. Presser 1/2 gousse d'ail. Éplucher les pommes de terre et les couper en morceaux. Rincer le chou-fleur et le couper en bouquets.
-Faire suer les oignons dans un peu d'huile. Quelques minutes avant la fin, ajouter l'ail pressé.
-Ajouter les pommes de terre et le chou-fleur, couvrir de fond de veau et porter à ébullition. Baisser le feu et cuire environ 20 minutes.
-Pendant ce temps, nettoyer et émincer les champignons. Presser la demi gousse d'ail restante.
-Poêler les champignons dans de l'huile d'olive chaude avec l'ail jusqu'à évaporation de l'eau.
-Mixer la soupe, incorporer la crème, ajuster le sel et poivrer. Détailler la tomme en copeaux avec un épluche légume.
-Servir la soupe chaude, parsemée de champignons et de copeaux de fromage.

28 février 2011

jambon-beurre and a box

Parfois je me demande si j'ai vraiment une bonne notion de ce qu'est un repas équilibré. Pourtant je m'y essaie. Mais je pense qu'un nutritioniste me pendrait par les pieds faute de se pendre lui-même, en voyant ce que je mange.

Que mettre dans un déjeuner? Je n'arrive pas à manger et surtout préparer un repas chaud pour le midi. Faut dire, je n'ai pas été élevée comme ça. Donc souvent, surtout les mois d'hiver, je prépare des œufs que je mange avec du jambon, parce que quand-même, c'est bon, et du pain et du beurre, le tout accompagné soit d'une salade verte, de radis, d'autres crudités. Selon l'humeur, ou ce que j'ai, ou ma faim, je mangerai un fruit, un yaourt, des gateaux, peut-être rien du tout.

Voici un repas on the go que j'ai préparé pour mon chéri et moi. C'est bien une bonne vieille baguette bien blanche que vous voyez accueillir le sandwhich. En vrai mes goûts ont évolué, je ne saurais recomander ce qu'on appelle parfois du pain et d'autres fois de la matière blanche aux contours croustillants et à l'intérieur qui se désagrège le lendemain, le tout dépourvu de qualité nutritionelle.

Je re-regarde mes photos et me rends compte qu'il n'y a pas tellement de légumes dans ce déjeuner. Zut alors, moi qui croyait que le déséquilibre était ailleurs, dans le manque de produits laitiers, par exemple.

P1040988_580

Jambon-beurre, donc, assez croustillant puisque la baguette est du jour. Ça cale bien, ça prend la place qu'il faut dans l'estomac. Et de quoi se compose ma petite boite?

P1040994_580

Lit de mâche, petit flacon d'huile d'olive et de vinaigre qui est presque aussi galère à nettoyer qu'à remplir, œufs durs de caille, salade de radis noir au citron, carottes et radis en pickles, c'est-à-dire conservés au vinaigre. D'ailleurs il faudra revoir cette recette, car elle fera grimacer les amateurs d'amertume. Pour finir, un morceau de fromage sur un bout de pain avec une trannechette (c'est l'acceng) d'échalotte.

P1050001_580

P1050003_580

P1050004_580

Posté par FUJIIA à 17:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 septembre 2010

Torsades Apéritives. Fromage ou ketchup?

Torsades_ap_ritives

Voici une petite merveille qui se décline à l'infini. La torsade apéritive. Pour cette recette, j'ai acheté une pâte feuilletée toute prête qui fait quand-même bien l'affaire. Mais voici une recette de pâte semi feuilletée que j'utilise parfois:

250 g de farine
250 g de beurre
4 pincées de sel

Verser la farine et le sel dans une terrine. Couper le beurre en tout petits morceaux. Les faire glisser dans la terrine. Ajouter petit à petit 7 cuillers à soupe d'eau et écraser avec une fourchette. Mettre la pâte obtenue en boule.

L'enrouler de film plastique. La mettre au réfrigérateur une heure. Fariner le plan de travail, y poser la boule de pâte. L'aplatir avec un rouleau à pâtisserie en partant du centre. La retourner et renouveler l'opération pour obtenir un rectangle de 60x28 cm et de 1 cm d'épaisseur.

Ramener les deux côtés de 28 cm au centre. Tourner d'un quart de tour. Renouveler l'opération: étaler la pâte, plier. Renouveler encore une fois. Enrouler la pâte de film plastique et la laisser une heure au réfrigérateur.

Renouveler l'opération, "plier la pâte en deux, l'étaler, la replier" deux fois en réfrigérant entre les deux opérations.


L'acquisition d'une bonne pâte feuilletée est le plus important dans cette recette pour avoir un bon résultat final. De toutes façons, l'opération reste très satisfaisante, quelle que soit la pâte utilisée.


Procédons maintenant à la fabrication des torsades. Il vous faut:

une petite tasse d'emmental râpé (j'aimerais essayer avec un bon cheddar aussi!)
quelques cuillers à soupe de ketchup (recette du ketchup provençal!)
des graines de sésame
des graines de pavot

Séparer la pâte en deux et l'étaler en rectangle de préférence. Pour une pâte feuilletée achetée, la couper tout simplement en deux demi-cercles, ce qui donnera des torsades plus inégales, plus difficiles à répartir sur la plaque du four, mais tout aussi bonnes!!!

Sur la première pâte, étaler du fromage râpé sur la moitié de l'appareil. Badigeonner de ketchup la moitié de l'autre pâte.
Les replier en deux.

Parsemer la pâte au fromage de graines de pavot, et celle au ketchup de graines de sésame. Passer doucement le rouleau à pâtisserie pour incruster les graines, mais sans appuyer trop fort.

Découper les pâtes en languettes de 3-4 cm de large environ, puis redécouper en bandelettes de 1cm de large

Couvrir une plaque de cuisson de papier sulfurisé. Déposer les petits bâtons un à un en les torsadant en faisant attention de ne pas les abîmer.

Cuire à four chaud, en plusieurs fournées si nécessaire, pendant une vingtaine minutes, ou jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés.

IMG_3640_580

P1060963_580

IMG_3643_580

P1060979_580

IMG_3646_580

IMG_3652_580

Posté par FUJIIA à 12:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,