08 février 2012

creamy tuna et pain blanc

IMG_0520-680

Voici l'histoire de la salade de thon, telle qu'elle est déjà apparue maintes fois sur des tranches de pain en milieu de semaine. Pour preuve, précédemment déjà, tuna salad sandwich: radis et céleri. Le truc, c'est de méler traditions familiales et vidage de frigo. Petite, on ramenait oreos, bubblicious, boites de thon et mayonnaise blanche de chez mez grand-parents californiens, les Français ne connaissant (à l'époque très très lointaine!) que le thon à l'huile et leur mayo, même industrielle, semblait se composer d'éléments trop reconnaissables. Les repas "mal du pays" se composaient donc d'un sandwich thon/mayonnaise puis d'un verre de lait avec des oreos. À l'époque, on trouvait ces derniers à la boutique Thanksgiving, rue Saint Paul à Paris et la rue des Rosiers comptait plus d'épiceries et de stands de falafels que de boutiques de pret-à-porter (même si…).

La blogueuse culinaire que je ne suis sans doute pas devrait normalement sans cesse chercher de nouvelles saveurs et associations. Or, je vacille entre l'éblouissement de la photo, la flemme de cuisiner, la culpabilité vis-à-vis de la nutrition et de l'écologie, la jalousie face aux graphistes qui ont de super blogs, la grande limitation quant aux choix de matières premières dans ma p'tite ville actuelle et ma condition d'antisociale. Ces handicaps ne sont que façade et sont vite surmontables à force de courage et de bonne volonté. Mais celui qui se coupe la main aura beau être responsable de son malheur, il n'en sera pas moins handicapé.

Il est maintenant l'heure de répéter une devise:

je ne me plaindrai ni ne m'excuserai pas sur mon blog, je ne raconterai pas ma vie. je ne me plaindrai ni ne m'excuserai pas sur mon blog, je ne raconterai pas ma vie. je ne me plaindrai ni ne m'excuserai pas sur mon blog, je ne raconterai pas ma vie.

Ça c'est fait.

Pour en revenir au thon, je ne suis pas du tout mécontente de ce que je vais présenter. C'est juste que je ne fais pas vraiment ma propre promotion en répétant toujours le même disque. En même temps, je serai curieuse de savoir combien de personnes ont réellement lu mon précédent article sur le sandwich au thon et combien de personnes liront celui-ci!

Pourquoi diable est-ce que je décide de passer en mode panoramique sur mon compact? C'eut été bien mieux de garder un format unique! Pour info, la sauce rouge ci-après est de la sauce de piment. Le reste, ben c'est quand-même pas sorcier. Si il vous faut vraiment une recette, allez voir là-bas si j'y suis (oui, je suis méchante, comme ça!), et puis tout se joue au feeling ou selon ce que l'on a sous la main.

cucumber-680

radish-680

mayo&hotsauce

bread

tartine&litchi

This is the story of tuna salad, as it has appeared many times on a slice of bread in the middle of the week. As proof, the previous tuna salad sandwich: radis et céleri. The idea is to mix family tradition with fridge emptying. As a kid, we would bring back from my grand-parents in California oreo cookies, bubblicious gum, cans of tuna and white industrial mayonnaise. In these far away times, the French only knew tuna in oil and even their industrial mayonnaise seemed to be made of identifiable elements. Homesick meals were made of tuna/mayo sandwiches followed with a glass of milk and oreos. At the time, we could find the latter at the Thanksgiving store in Paris and the rue de Rosiers had more deli's and falafel stands than fashion boutiques.

Normally, the culinary blogger that I kind of am not should constantly be looking to find new tastes and associations. But I sway between the dazzle of photography, the laziness of cooking, the guilt towards nutrition and the environment, the envy towards the great blogs of some graphic designers, the lack in commodities available in my current small town, and my tendency to be antisocial. These handicaps are only a façade and can easily be overcome with some courage and good will. But he who cuts off his hand, even if responsible for his own misery, is no less handicapped.

I will now repeat some words of wisdom:

I will neither complain nor give excuses on my blog, I will not tell my whole life story. I will neither complain nor give excuses on my blog, I will not tell my whole life story. I will neither complain nor give excuses on my blog, I will not tell my whole life story.

Okay, that's done.

Now back to the tuna. I am not dissatisfied of what I'm presenting, but I ain't really helping my own promotion in always repeating the same recipes. But then, I'd be really curious to know how many people really read my first tuna sandwich post and also how many people will read this one!

Now why do I chose to switch to panoramic mode on my compact? It would surely have been better to keep the same format all along! For information, the red sauce above is hot sauce. The rest isn't that complicated. Just make do with what you've got.

Posté par FUJIIA à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22 octobre 2010

Tuna salad sandwich: radis et céleri

 

IMG_4295_580

Un classique de la culture américaine, ou l'alternative au peanut butter and jelly sandwich, le tuna salad sandwich L'un ou l'autre se retrouvant généralement dans les little brown lunchbags. Pour moi, accompagné de carottes. Les autres avaient plutôt des chips.

C'est aussi mon enfance, puisque le lunchbag n'est apparu dans ma vie qu'au lycée. Chez mes grand-parents, le tuna sandwich était accompagné de bagel-chips. Hmm... Pour mon frêre et moi, c'était thon-mayonnaise (blanche comme neige et industrielle), pour les autres, celery et je ne sais quoi d'autre, bouah!

Aujourd'hui, j'ai appris à apprivoiser le céleri. Il vient donc agrémenter le thon-mayo (toujours industrielle, mais jaunâtre, oui, je suis en France, maintenant), en compagnie de radis.

Voici la recette de la tuna salad radis et céleri.:

  • une boite de thon à l'eau, la taille dépendra du nombre de ventres à remplir
  • quelques cuillers à soupes de mayonnaise, bien-sûr, maison, c'est mieux, cela va sans dire... sauf qu'ici, la quantité est infime, donc ça ne vaudrait pas le coup de la faire juste pour cette recette. En plus, l'aspect "industriel" ajoute à la sensation de "comfort food". Trop tard, je l'ai dit. La honte...
  • une petite poignée de radis
  • une branche de céleri
  • une cuiller à soupe d'huile d'olive
  • une cuiller à café de vinaigre
  • sel, poivre
  • persil, herbes fraîches, échalotte (facultatif)
  • tranches de tomates, feuilles de salade (facultatif)
  • moutarde

Découper de tout petits cubes de radis et de céleri. Ceux qui ont une mandoline pouront en faire usage, pas comme moi, qui découpe méticuleusement au couteau mes tranchettes, puis mes bâtonnets, et enfin ma mini brunoise.

Émincer les herbes, l'échalote.

IMG_4286_580

IMG_4287_580

Égouter le thon, le mettre dans un bol et l'émietter grossièrement. Ajouter la mayonnaise petit à petit, ce serait dommage d'en mettre trop.

Ajouter huile et vinaigre. La tuna salad n'en contient normalement pas. Je trouve ça bon.

Ajouter tout le reste, mélanger. Réfrigérer une petite demi-heure pour que les parfums se dégagent. Vous le savez maintenant, je saute toujours cette étape. Je suis trop impatiente. Sauf pour la salade de tomates estivale, alors là pour rien au monde je ne me précipiterais à l'engloutir.

IMG_4290_580

En attendant, faire griller légèrement du pain. Pour ce dernier, n'importe quel pain de mie fera l'affaire. Complet ou aux céréales. Dans un pain de campagne bien croustillant à la mie dense et tendre, attention à couper des tranches assez fines. On a vite fait de s'écorcher les lèvres avec un sandwich croustillant et trop épais.
Badigeonner la moitié des tranches de moutarde et étaler la salade de thon dessus. Couvrir du reste des tranches.

Posté par FUJIIA à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,