08 juillet 2011

Manger seule, ou l'art d'accomoder les restes, vite fait bien fait

Alors que j'écris ces mots, je termine la dernière tomate cerise du déjeuner que je me suis préparé. Je me demande bien ce qu'elles (ils) mangent, les foodies et autres blog-trotteuses, celles qui parcourent le monde en vrai ou dans leurs assiettes, celles qui bossent, qui ont des familles, celles qui n'achètent que du bio, celles qui connaissent les prénoms du boucher, du poissonnier, du boulanger, traiteur, crémier, celles qui ont le temps, celles qui n'en ont pas.

Je m'abstiendrai pour ce qui est de raconter ma vie, ça m'arrange de toutes façons. Voici deux exemples de ce qu'on pourra trouver dans mon assiette, le midi quand je suis seule et que je vide le frigo pour mieux le remplir.

IMG_592431_530

Encore? ... !
Encore une salade de pâtes? Pourtant c'est facile à faire, ça évite de manger du pain, si ça cale pas, on peut toujours saucer. Rien n'empêche de manger aussi yaourts et fruits. Voici donc: farfalles, tomates et saumon fumé, avec la dose de ciboulette et d'échalote, je vous pas l'haleine!

IMG_592630_530

Le persil pleureur, c'est ce qui arrive quand on s'arrête pour une menthe à l'eau au lieu de rentrer sagement du marché.

IMG_592223_530

Exemple n°2: rémoulade de céleri au vinaigre de riz et à l'huile de sésame, tomates cerises et deux demi sandwichs. Dans un, je termine le saucisson, dans l'autre, le magret de canard. Dans les deux, du ketchup maison. J'en ai fait dix fois trop, comme d'habitude, il est orange pour cause de mélange de tomates jaunes et rouges.

IMG_591327_530

En secret, j'ai aussi grignoté des chips et une compote.

IMG_591828_530

Et ma grenadine, on pourra constater que je n'en met pas beaucoup.

IMG_592124_530

Posté par FUJIIA à 12:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


16 février 2011

Hamburger aux épinards, pommes frites maison

P1050087_580

Comment est-ce que j'ai pu attendre aussi longtemps pour partager cette recette? Rien que de revoir les photos me coupe l'envie de manger le saumon dont j'avais envie pour ce soir. Je fais souvent des hamburgers. Enfin, quand je dis souvent, si ce n'était pas aussi grassouillet ce serait plus souvent encore. J'ai remarqué la dernière fois que j'étais à Paris que ça se fait de plus en plus. Je dirais même, pas un bistrot branché n'en propose pas. J'ai d'ailleurs subi les moqueries familiales en ne commandant que ça.

Et pourtant. Pas un n'arrive à la cheville des miens. Et je dis ça en toute humilité. Modeste, non?

Me revoilà post-saumon cuit à l'unilatérale (ça en jette, hein?) avec patate douce, pommes de terres et choux-fleur rôtis au four. ça n'a rien à voir avec les hamburgers évidemment, c'est juste que c'était franchement bon. J'en reviens à ma recette. J'ai voulu tenter un repas diététique sans gâcher le plaisir.

P1050088_580

Première étape, repenser la composition. Dans mon hamburger idéal il y a un patty, bien sûr - le steak haché - du fromage, hé oui, tomate, salade, oignon (pas trop), mayo, ketchup, tout ça étant assez basique, il y a aussi de l'avocat et du bacon, dans le sens américain du terme. Il faut faire un peu de nettoyage. Je retire l'avocat, le fromage, le bacon que je remplace par du bacon canadien, somme toute un peu plus maigre (même si... ) et quelques cornichons.

Ensuite, pour des raisons qui relèvent autant de l'expérience scientifique que du souci de diététique ou encore juste pour le goût, je rajoute quelques bricoles à ma viande hachée. Il m'arrive souvent de mettre un peu d'oignon ou d'échalote, du sel, du poivre, du persil ou d'autres herbes, fraîches ou séchées. Dans le cas d'herbes séchées, il faut bien les réduire en poudre pour ne pas se retrouver avec un bout de thym coincé entre deux dents qui non seulement écorche la mâchoire, mais en plus laisse un goût constant de thym sur le palais. Cette fois-ci, j'ai voulu y mettre beaucoup de verdure: épinards et oignons verts, en anglais scallions, plus petit que l'oignon cébette, avec  un vert moins corcé, comprendre "qui arrache moins la gueule".

P1050089_580

S'il est bien une chose qui ne soit pas ma spécialité, c'est bien la frite! Dommage car qui veut manger un mesclun de verdure ou une salade de fruits avec un big fat juicy hamburger?!!!!! Pas moi, en tout cas. J'ai tenter d'envoyer mon chéri chercher des barquettes au kébab qui est littéralement en bas de chez moi, ça a duré un temps. Je suis passée à la frite surgelée prête à enfourner, ça a duré un temps. L'heure est au renouveau. Cette fois-ci, cette partie du repas est entièrement due à mon souci de ne pas manger de la m....e. Ni trop gras, ni bourré de produits chimiques. J'ai donc décidé de rôtir des patates préalablement cuites à l'eau.

 

Après avoir expliqué le fil de mes idées, il est temps de proposer une recette.

Pour deux personnes

  • 2 buns pour hamburger, si seulement je pouvais les acheter chez le boulanger, ça m'éviterait de me dire "si seulement je pouvais les faire"!
  • Environ 300 g de viande hachée. 15% de matière grasse, c'est quand-même meilleur.
  • 4 tranches de bacon canadien
  • 2 grosses patates farineuses
  • 3 ou 4 oignons verts
  • 1 oignon jaune
  • deux grosses poignées d'épinard
  • 1 petite tomate
  • 2 grandes feuilles de salade
  • quelques cornichons. Ça m'arrange bien de ne pas trouver ni chercher de "pickles" anglo-saxons, je n'aime pas ça.
  • mayo, ketchup, moutarde, sel, poivre...

 

Commencer par cuire les pommes de terre à l'eau bouillante jusqu'à ce que la peau se déchire ou se décolle. Arrêter la cuisson avec de l'eau froide.

Bien laver, bien essorer les épinard, les émincer finement sans les écraser. Couper les oignons verts en fines lamelles et la moitié de l'oignon jaune en dés fins. L'autre moitié de l'oignon jaune doit être coupé en fines tranches et sera réservée  à la garniture. Réserver les épinards et les oignons dans un grand bol.

P1050055_580

Bien laver et essorer les feuilles de salade. Couper finement la tomate et les cornichons. Disposer avec les tranches d'oignon sur une assiette de service.

P1050078_580

P1050082_580

Préchauffer le four à 220°. Éplucher les patates, les couper en quatre, puis en tranches plus ou moins épaisses selon le goût ou la bonne tenue de la pomme de terre. Les disposer sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Les saler et les couvrir d'un mince filet d'huile. Enfourner.

P1050073_580

Mettre la viande hachée dans le bol avec les épinards. Saler, poivrer. Bien incorporer les légumes en mélangeant le moins possible. C'est un juste milieu à trouver. Façonner  les "patties".

P1050068_580

Lorsque les pommes de terres commencent à dorer, cuire les steaks hachés. Pour ça, je ne pourrais pas me passer de mon grill en fonte mais ce n'est pas la peine d'en acheter un, bien sûr. Cuire à côté les tranches de bacon. Cinq minutes avant de servir, mettre les buns à chauffer dans le four. Vous trouverez bien une petite place entre deux bouts de pomme de terre. Baisser la température à 200°, si ce n'est déjà fait. Je vous laisse la responsabilité de gérer la cuisson des patates, chaque four étant différent.

P1050086_580

Et voilà le tout. Encore une photo plus que médiocre; oh well. By the way l'assiette contenant la viande est propre, oui oui.

P1050085_580

À savoir, ce n'est absolument pas frustrant, au contraire, de préparer des carottes coupées en diagonale pour ressembler vaguement à des chips, pour faire patienter son convive chéri ou pour grignoter en faisant la cuisine.

P1050063_580

Posté par FUJIIA à 16:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

12 août 2010

Salade de tomates estivale

Salade_de_tomates_580

Oui oui, estivale. C'est pour moi la seule salade de tomates digne du nom. En ce moment, toutes sortes de variétés se disputent les étalages à travers les fermes, les petites exploitations, et même les grandes surfaces. Dans le sud, en tous cas, l'été est le moment de boycotter à 98% le supermarché pour les fruits et légumes, les 2% restants étant réservés aux bananes bios, aux citrons et autres agrumes, tout ce qui vient de l'autre bout du monde, en somme.

Une salade avec de mauvaises tomates donnera quelque chose d'acide et sans goût. Finir son assiette relèvera alors du parcours du combattant.

Aucune variété n'est à privilégier. Certaines sont douces et sucrées, tandis que d'autres s'avèrent plus acidulées. Certaines sont moelleuses et d'autres plus fermes. Elles peuvent être de la taille d'une cerise comme d'un ballon de rugby, aller du jaune poussin aux grenat et au violet en passant par le rouge écarlate. Goûter aux saveurs des tomates est un exercice nécessaire à l'apprentissage et au développement du palais. Si on estime qu'un exercice peut procurer du plaisir!!

Pour 4 personnes en entrée, ou 2 personnes en accompagnement de plat:

  • environ 750 g de belles tomates mûres à point
  • 2 cuillers à soupes rases de moutarde
  • 1 cuiller à soupe de vinaigre. Choisir un Xérès, par exemple
  • 3 cuillers à soupe d'une bonne huile d'olive. C'est cher, mais il est bon d'avoir une huile de qualité supérieure à réserver aux plats extrêmement simples.
  • Du sel et du poivre
  • 1 petite échalote, finement émincée
  • du persil ou toute autre herbe fraîche, finement ciselé.

Dans le bol de service, mettre la moutarde, y ajouter sel et poivre et mélanger. Ajouter le vinaigre et mélanger jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de grumeaux. Ajouter l'huile d'olive et tourner avec une cuiller pour émulsionner, comme avec une mayonnaise. La vinaigrette ne prendra pas autant de volume, mais deviendra plus épaisse. Quand elle est bien lisse, uniforme et brillante, elle est prête. Si elle ne prend pas, c'est qu'il y a trop d'huile, ou pas assez de moutarde. Si vous êtes patients, elle finira bien par prendre. Vous pouvez maintenant ajouter échalote et herbes.

Pendant que l'échalote et le vinaigre font connaissance, couper les tomates de la taille d'une bouchée, puis les ajouter à la sauce. Si elles ne sont pas trop juteuses, mettre aussi tout leur jus et les pépins restant sur la planche.

Mélanger et réserver pour le service. Cette salade ne se gardera pas une journée entière (enfin, vous ne tomberez pas malades, c'est juste une histoire de goût), mais doit macérer un peu avant d'être mangée pour que les arômes s'entremêlent...

Bon appétit!

Posté par FUJIIA à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 août 2010

Ketchup provençal

C'est une recette tirée du Livre Petites leçons de cuisine en Provence, de Guy Gedda et Marie-Pierre Moine. A savoir que j'ai été déçue du fait que le goût n'a absolument rien à voir avec du ketchup, ce qui n'empêche en rien cette sauce d'accompagner merveilleusement bien omelettes, grillades et toutes sortes de plats. J'en ai même utilisé pour remplacer la tomate (et oui, je n'en avais plus!!) pour faire une sorte de ratatouille express. Miam!

Pour 6 personnes:
(j'en ai fait les deux tiers pour tester, mais la prochaine fois je la ferai telle quelle pour sûr, voire même plus!)

  • 1,5 kg de tomates coupées en quartiers
  • 1 kg d'oignons doux, finement émincés (mon oignon faisait ~650g, pour du 2/3 de kilo, c'est pas mal, non?)
  • 4 CS d'huile d'olive
  • 100 g de sucre en poudre (comme à mon habitude, j'en ai mis beaucoup moins, et je n'aurais pas dû, je pense que c'est une des causes pour lesquelles ma sauce n'avait pas le goût de ketchup)
  • 12,5 cL de vinaigre de vin rouge
  • 1 CC très pleine de sel fin
  • 1 CS de moutarde forte
  • 1/2 CC de noix de muscade rapée
  • 1 CC de paprika
  • 1/2 CC de cayenne (je n'en avais pas, j'ai mis beaucoup de poivre à la place, sûrement une autre cause de mon problème avec le goût du ketchup)
  • 1/2 CC de thym séché
  • 1 CC de gingembre en poudre

Tomate_580

Oignon_rouge_580

Coup_s_580

IMG_3530_580

Mettez les tomates, les oignons et l'huile d'olive dans une cocotte à fond épais et mélangez bien. Couvrez et faîtes cuire de 30 à 40 minutes à feu modéré, en remuant souvent.

IMG_3521_580

Laissez refroidir un peu, puis transvasez le mélange dans le bol d'un robot mixeur et mixez rapidement pour obtenir une purée grossière.

IMG_3536_580

Reversez le tout dans la cocotte, puis ajoutez 4 cuillerées à soupe d'eau (peut-être parce que mes tomates étaient trop juteuses, j'ai dû faire réduire ma sauce à la fin, donc je ne conseillerais pas forcément de rajouter de l'eau),le sucre et vinaigre. Faîtes mijoter 30 minutes à feu doux, sans couvrir, en remuant de temps en temps.

Retirez du feu. Ajoutez le reste des ingrédients, mélangez, puis passez la sauce au tamis dans un bol, en pressant fortement avec le dos d'une cuiller ou d'une louche. Laissez refroidir.

Quand le ketchup est froid, versez-le dans un bocal ou dans des petites bouteilles. Mettez-le au réfrigérateur : il se conservera jusqu'à un mois.

P1060852_580

Comme vous pouvez le voir, il ne me reste pas beaucoup de ketchup, c'est bien qu'il est bon!!