25 juin 2014

[Prose, Collage] Zombie Mash-Up

Mes fidèles lecteurs (herbes folles qui roulent dans le désert…) vont penser que je suis encore en période dépressive. Vous n'y êtes pas. C'est quand j'arbhore des fleurs et des couleurs pastels que vous feriez mieux de vous demander si je vais bien. Ce n'est que l'esprit serein que j'arrive à partager mon côté le plus sombre. Et c'est rare.

 

Voici donc un texte écrit en mars 2013, il m'aura fallu plus d'un an pour l'assumer pleinement.

Zombie

L'être horrifique à la mode est-il réel? Personnage de fiction ou dure réalité? Insomnies, Peurs, Angoisse, Folie, Détresse, Phobies, Douleurs sont tant de composantes de l'esprit torturé qui mènent à penser que le zombie existe. La dépression clinique est-elle contagieuse? Tout dépend de qui prend le dessus. L'humour peut parfois suffire à trucider la cervelle de celui ou celle qui a abandonné, qui erre dans un champ de chair osseuse dont seule l'odeur putride rappelle qu'on est en vie. Il est si facile de cesser d'exister. De se voiler entièrement les yeux, porter une fine pellicule de vêtements filiformes pour être sûre de ne pas sentir le contact. Si facile de faire semblant. Tout va bien, regarde, je respire, je marche, je mange, je dors, je rêve d'une entrecôte saignante. Mais vois celui ou celle qui marche les bras ballants, qui ne remarque même pas les blessures profondes qui lui font jaillir le sang des entrailles, qui n'est guidé que par une sorte d'instinct de survie ressemblant plus à une pulsion de mort. La peur de la mort elle-même ne suffit pas à ramener à la conscience qu'il est meilleur de vivre, de profiter, de jouir. Un coup sur la tête pour quitter cet état d'âme aussi subordonné que douloureux. Et là même, quand tout va pour le mieux, le moindre déclic pour réveiller le zombie qui sommeille.

Raymonde Finkel aka fujiia

Et pour l'illustrer un collage fait rapidement constitué d'images du net dont je n'ai pas les droits et ne connais pour la plupart pas la source. Je le modifierai volontiers à la demande.

Zombie Mash-Up

 

 

 


09 février 2013

La Mort aux Trousses, une histoire en Lego

Le blog est un peu délaissé, ces temps-ci, Je divague… tant mieux, c'est une bonne nouvelle. Si j'ai pas le temps de m'occuper de le tenir à jour, c'est que mon esprit est pris ailleurs. Le projet Photo 52 est passé à la trappe, mais il reste dans un coin de ma tête. Moins assidue en 2013, j'avais dit. C'est bien ça! Légèrement obsédée par la brique danoise en ce moment, je vois le monde en Lego. C'est donc naturellement que quand un vieux cauchemar d'enfance a refait surface, j'ai pensé l'écrire et l'illustrer par ce biais. Je trouve mes photos vraiment atroces, mais vous ne serez sûrement pas aussi durs que moi sur ce point! ^^ Je suis vraiment désolée si tous les quatre matins, le blog change d'orientation, c'est que le monde est si vaste, tant de choses à voir, tant de choses à faire! So little time… Je commence par l'histoire, ensuite les images…


La petite Nicotine marche gaiement le long des quais. Quel bonheur de flâner en sautillant de-ci de-là dans cet endroit reculé, comme un sous-terrain infini, loin du brouhaha incessant de la ville. Le bleu des flots et l'odeur vaseuse sont une invitation au voyage.

Au loin, Nicotine croit apercevoir une tête de mort flottant en surface. Non, ce doit être encore un satané sac plastique, c'est chose courante sur les eaux de la Seine. Nicotine a dû rêver.

Maman parlait jadis des corps qui refaisaient parfois surface sur le fleuve.

Apparait alors une autre forme, plus proche. C'est bien un crâne. Un autre puis un autre. Les torses dénudés émergent les uns après les autres et semblent vouloir se diriger vers la petite fille. Les regards vides sont fixés sur elle. Elle ne doit pas céder à l'appel des sinistres profondeurs. L'unique voie de secours est bloquée. Nicotine trace sa route. Le salut se trouve peut-être après le pont.

D'autres photos dans l'album La Mort aux Trousses sur Flickr

Et une petite info sur le titre. Je ne sais pas si vous vous poseriez la question si je ne l'évoquais pas, mais toujours est-il que La Mort aux Trousses est bien le nom d'un chef-d'œuvre d'Hitchcock qui n'a de rapport avec ma création que le nom. Je l'ai quand-même regardé l'autre jour histoire de me raffraîchir un peu la mémoire. Ce film n'était plus qu'un lointain souvenir pour moi. C'est quand-même un peu prétentieux de faire un lien entre ce que je vous présente aujourd'hui et le film, mais bon, c'était pas fait exprès, ce titre m'est venu comme une évidence.

In English:
Lil' Nicotine is happily walking along the quays. How joyfull to wander, hopping here and there in this remote place, like an infinite underground passage, far from all the commotion of the city. The blue colour of the tide and the muddy smells are an invitation for travel.

A little afar, Nicotine seems to have seen a death's head floating on the surface. No, it must be yet another damned plastic bag, it's quite common on the waters of the Seine River. Nicotine must be imagining things.

Mother used to talk about corpses that would sometimes resurface on the river.

Then appears another shape, a little closer. It actually is a skull. Another, and another. Bare chests emerge one after the other and seem to want to make for the little girl. The empty glances are settled on her. She mustn't give in to the call of these sinister dephts. The only escape route is blocked. Nicotine pursues her course. Perhaps salvation will be after the bridge.

Posté par FUJIIA à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,