09 août 2012

Gelée de mirabelles

img_2276-800

 

C'est lors d'un trop court séjour à Aix-en-Provence début juillet que j'ai eu l'occasion de ramener un peu plu d'un kilo de mirabelles. Une partie a été mangée telle quelle, mais au fur et à mesure des jours qui ont suivi, j'ai bien vu qu'il fallait les utiliser autrement, et vite! Depuis le temps que je voulais m'essayer à l'art de la conservation, j'optai pour une confiture.

 

img_2210-800

 

Il y a une longue tradition de confitures dans ma lignée paternelle, mais n'ayant pas un jardin à moi, je n'ai que rarement de très grosses quantités de fruits, du moins assez pour avoir besoin de faire des conserves. Comme les mirabelles coûtent en plus très cher et je n'en achète jamais, le bonheur n'en fut que multiplié.

 

img_2212-800

 

Il y a quelques années de ça, je recopiai sur une feuille volante ces secrets de grand-mère, tout ce qu'il faut savoir pour non seulement réussir sa confiture, mais en apprécier toutes les étapes. Ces secrets n'ont en fait rien de ce que je laisse entendre puisque mes grand-parents enseignants puisaient leur savoir dans les livres et ici, en l'occurence, un livre jauni et déchiré de la bonne ménagère, une bible, une valeur sûre.

 

img_2219-800

 

Il y est question de grand lissé, de perlé, de grand perlé, de petit boulé, de soufflé, de grand soufflé et enfin des cassé et grand cassé. Il s'agit en fait des différents stades d'un sirop, ou comment les reconnaître sans termomètre sophistiqué.

S'ensuit une recette générique de gelée de groseille et une autre de confiture de fraises entières.

 

img_2220-800

 

Petite, je n'aimais pas du tout la confiture, seulement la gelée. Les morceaux me dégoûtaient et il parait que mon grand-père faisait même des gelées de fraises et de framboises rien que pour moi. Enfant gâtée, je vous dis! Autant vous dire que les fruits confits ne sont pas vraiment mon truc non plus.

 

img_2284-800

 

Vous pourrez avoir raison si vous me dites que c'est dommage de ne pas avoir laissé mes mirabelles entières, mais pour une fois, c'est moi qui décide exactement de ce que contiendront mes petits pots. Je décidai de faire une gelée et optai pour la recette simplicime du Larousse des Confitures, le jus de pomme en moins, tout simplement parce que je n'en avais pas. J'ai eu peur que la pomme soit nécessaire à la gélification, mais non. J'ai même pu tester l'efficacité du test de l'assiette froide, et vraiment, ça marche!

 

img_2286-800

 

La recette pour environ 6 pots de confiture:

❧ 1,2 kg de mirabelles, soit 1 kg net
❧ le même poids de sucre que de jus obtenu (soit si je me rappelle bien environ 700 g pour moi)
❧ le jus d'un petit citron

Déroulement:

❧ Rincer les fruits et les mettre entiers dans une casserole. Couvrir d'eau. Porter à ébullition et faire cuire une vingtaine de minutes à feu doux. Les miens ont éclaté très vite, mais au besoin appuyer légèrement avec une écumoire pour les faire s'éclater.

❧ Verser le tout dans un tamis et laisser le jus s'écouler dans un récipient trois à quatre heures. Peser le jus de mirabelles et préparer le sucre.

❧ Verser les jus de mirabelle, de citron et le sucre dans une bassine à confiture, ou, à défaut, dans une grande casserole à fond épais, et porter doucement à ébullition en remuant pour faire se dissoudre le sucre. Écumer et laisser cuire à feu vif une dizaine de minutes jusqu'au point de gélification.

❧ Vérifier la cuisson avec une assiette froide ou un thermomètre à sucre et retirer du feu. Mettre en pots et laisser refroidir à l'envers.

La méthode de l'assiette froide:

J'ai constaté que c'était une technique très répandue sur le web, mais c'est du génie! Je dois le partager avec ceux qui ne connaîtraient pas! Il suffit de mettre une assiette (deux, même, pour les débutants comme moi) au réfrigérateur. Pour vérifier la cuisson de la gelée, il suffit d'en déposer une goutte sur l'assiette. Si ça reste liquide, c'est que c'est trop tôt, si ça prend, c'est que c'est bon. Il n'y a pas de risque de sur-cuisson, sauf que le goût du fruit va s'atténuer si on laisse trop longtemps.

 

 

Posté par FUJIIA à 00:05 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26 juin 2012

Daring Bakers: Rosewater and Rasberry Battenberg Cake

Mandy of What The Fruitcake?! came to our rescue last minute to present us with the Battenberg Cake challenge! She highlighted Mary Berry’s techniques and recipes to allow us to create this unique little cake with ease.

Don't judge a book by its cover. My cake has quite some much blush on the cheeks. I can't tell if it's really ugly or not bad for a first  try. But it's pretty good. If you can forget about the ongoing heat. I took on the challenge and here goes: Rosewater and rasberry Battenberg cake! Don't overreact, folks, it sounds much better than it looks, or even tastes, for that matter. It's all my fault, for not taking the time to do things right. In this heat, turning the oven on was utter torture. My every move is currently in slow motion. Writing this text is exaustingly painfull. I am exagerating, though. A little bit. This cake in slightly cooler weather and with a cup of tea would probably be delighting. Just thinking about tea is making me hot. I know there are a few jealous people out there who are still waiting for the sun to appear with it's share of higher temperatures. I am truly sorry for you guys, I guess it's all or nothing.

The pink brown spongecake was coloured with actual (frozen, hem) rasberries, no food colouring in my house! But fresh berries like these red currants are better suited for decoration. And I would never have thought of a pink marzipan stripe in the middle there, but here in France, the kind that's easy to find is always tri-coloured: pink/white/green. I wasn't going to buy three packs just to get enough of the plain colour!

Recipe here.

img_1883-680

img_1888-680

Pour une petite traduction, sachez que la chaleur ambiante a rendu ce défi assez dificile. Je ne rallumerai pas le four avant le mois d'octobre!! Le gâteau: des bandes de génoise aux amandes et à l'eau de rose dont la moitié a été colorée avec des framboises surgelées, soudées par de la confiture de framboise et enrobée de pâte d'amande. À déguster dans une pièce climatisée avec une tasse de thé. Ou attendre l'automne pour essayer la recette aux noix et au chocolat!!

La recette en anglais

27 mai 2012

Daring Bakers: Challah

img_6438traite_raw00_680

 

May’s Daring Bakers’ Challenge was pretty twisted – Ruth from The Crafts of Mommyhood challenged us to make challah! Using recipes from all over, and tips from “A Taste of Challah,” by Tamar Ansh, she encouraged us to bake beautifully braided breads.

 

img_6432traite_raw00_680

 

I now know why I became a Daring Baker in the first place.

I discovered the concept on the beautifull blog Rosa's yummy yums. Unfortunately I signed up as she stopped the challenges. Vanilla panna cotta with fiorentine cookies marked my beginning and was the only challenge for which I was  able to compare our respectve works. I was never very interested in baking, nor were my mother, aunt or grandmother. My blog was still in draft mode (I think it will always be) and I read Rosa's musings on how the Daring Kitchen turned her onto baking. Glad to see a fellow non-baker whipping up beautifull and incredibly tasty looking items out of the oven, I decided to join in. I missed a few challenges and will forever feel guilt over it. Every time though, I had to make something that I never imagined I would try, ever. Panna cotta (ew, cream and gelatin!…), yeasted meringue coffee cake (yuuuuum!… ), povitica, fraisier, baklava to name a few…

Last March/April, as I witnessed every single food blog in the world showcasing something special for easter, I was about to go hang myself when I came upon the recipe for tcheurek (Armenian, tsoureki in Greek), an Orthodox Christian easter egg bread, all on another blog I love to read: Christelle is Flabbergasting. I was in awe, it looked as beautifull as it did yummy.

Instead of going ahead and making this here egg bread, I remembered that I have been wanting to make challah for many a year now, without ever taking the first step of looking for a suitable recipe. Now was the time, and after searching a little I found this recipe for challah on the blog smitten kitchen. I made it exactly as written and it turned out great, but the aesthetics left to be desired, I didn't get the braided bumps, the kind you want to immediately tear off the loaf. Here is a picture of what I made at the time, that obviously didn't make it to the blog.

                     mail

This time around, I guess you could say I have a little practice. Practice is good. It's what lets you get better at something. What I enjoy most in life is eating, cooking comes in second. And pastry items like challah can't be messed with!

As a kid I would go visit my American and jewish grandparents and we would ALWAYS have bagels and lox, cream cheese, coleslaw, rye bread and deli meats of pig and non-pig origins (…I know!). For breakfast, we would have toasted bagels dripping with butter ninety percent of the time. The rest of the time we would have cinnamon bread, a treat that reminded me a lot of the povitica we made with the Daring Bakers last october. I'm sure we had challah every once in a while. But unfortunately for challah, the other side of my family is French and good ol' brioche with an inch thick topping of nutella was where it's at. Or pain au chocolat, or pain au lait with a chocolate bar in the middle, or even baguette with a chocolate bar in the middle.Or just chocolate.

When I moved to the US with my mother as a teenager I missed my brioche (among other things). I missed it in the morning and I missed it after school. It was a hard move for me and since my mother regularly went to the deli around the corner, she would get cinnamon bread and challlah for her little girl. Nutella was very hard to find in the US in those days (not that long ago it seems!).

So challah for me is a kind of replacement for when you don't have brioche. But as I get older, and god knows how old I am, challah also seems like a treat that is not quite as sweet as brioche, and more subtle (that's when you know you're getting old).

And when your loafs are getting a little dry and old, don't panic, try a little French toast action, yum!

Following is the recipe I used, for two big loaves of honey white challah:

 

img_6384traite_raw00_680

 

CHALLAH (HONEY WHITE)

 

Ingredients:
1½ cups (360 ml) warm water
1 tbsp. (15 g) (½ oz) sugar
2 tbsp. (18 g) (⅔ oz) dry active yeast
½ cup (120 ml) honey, or a mix of honey and agave syrup
1 tbsp. (15 ml) oil (olive oil in my case)
4 large eggs
1½ tsp (9 g) (⅓ oz) salt
5 cups (1,2 L) (700 g) (25 oz) all purpose flour, plus more as needed (up to 8 or 9 cups, or about 1 kg total)
1 beaten egg + water for egg wash
½ cup golden raisins, soaked in water for an hour or two (optional)
½ cup poppy seeds (optional)

 

Directions:
❧ In mixer bowl/large mixing bowl combine ½ cup warm water with the sugar and yeast. Allow to proof approximately 5 minutes until foamy.
❧ Add the remaining water to the yeast mixture, along with the honey, oil, eggs, salt and the five cups of flour. Knead by hand or with the mixer's dough hook until smooth, adding flour as needed. Knead for approximately ten minutes.
❧ Transfer dough to a clean oiled bowl, turn to coat. Cover bowl with a kitchen towel. Leave to rise in a warm place until doubled in size, about 1½ hrs.
❧ Punch down the dough, divide it into two sections. If using raisins, now is the time to add them to the dough. Use one half to make each loaf, shaped or braided as desired.
❧ Place loaves on parchment lined or greased baking sheets, cover with a towel, allow to rise 30 minutes.
❧ Preheat oven to 325 °F (170°C).
❧ Brush the tops of the poaves with egg wash. Sprinkle with poppy seeds if wanted.
❧ Bake loaves 30 to 40 minutes until done. Cool completely on wire racks.

 

img_6392traite_raw00_680

 



 


Quel défi un peu tordu pour ce Daring Bakers du moi de mai! Ruth des Crafts of Mommyhood nous a défié de faire du pain challah! À l'aide de recettes d'un peu partout et des conseils du livre "A taste of Challah" de Tamar Ansh, elle nous a encouragés à faire de beaux pains tressées.

 

img_6419traite_raw00_680

 

Je me rappelle maintenant de ce qui m'a poussé à devenir une Daring Baker.

J'ai découvert le concept sur le très joli blog Rosa's yummy yums. Malheureusement je me suis lancée quand elle a arrêté. Mes débuts ont été marqués par la panna cotta à la vanille avec ses petits biscuits florentins, le seul défi pour lequel j'ai pu comparer nos travaux respectifs. Je n'ai jamais été très interressée par la patisserie, comme ma mère, ma tante, ma grand-mère avant moi. Mon blog était encore en mode brouillon (et le sera sans doute toujours) alors que je lisais comment la Daring Kitchen avait convainque Rosa à la patisserie. Heureuse de découvrir ainsi une camarade de cœur, je décidai de m'inscrire. J'ai manqué quelques défis et me sentirai toujours coupable. Mais à chaque fois j'ai du confectioner quelque chose que je n'aurais sans doute jamais essayé. La panna cotta, le cake brioché et meringué, le povitica, le fraisier, les baklava pour en nommer quelques-uns…

En mars/avril dernier, alors que je remarquais que tous les blogs de cuisine sur terre proposaient quelque chose pour Pâcques, je m'apprêtais à aller me pendre quand je suis tombée sur la recette du tcheurek (en arménien, ou tsoureki en grec), une brioche de la pâcque orthodoxe, le tout sur un autre blog que j'aime beaucoup lire: Christelle is Flabbergasting. Elle avait l'air d'être aussi bonne qu'elle était belle.

Au lieu de me lancer dans la confecion la-dite brioche, je me suis souvenue que ça faisait bien plusieurs années que je voulais faire une challah, sans jamais entamer la première étape qui consiste à chercher une recette convenable. Le moment était donc venu et j'ai trouvé cette recette de challah sur le blog Smitten Kitchen. J'ai suivi la recette à la lettre et la brioche était très bonne, mais son physique laissait beaucoup à désirer. Il manquait les bosses de la tresse qu'on meurt d'envie d'arracher. Voici la seule photo rescapée qui n'a évidemment pas trouvé sa place dans cet humble blog.

                    mail

Cette fois-ci on peut dire que dire que j'ai un peu d'entrainement. C'est bien l'entrainement, c'est ce qui permet de s'améliorer. Ce que j'aime le plus dans la vie, c'est manger, cuisiner arrive en deuxième. Et on ne fait pas n'importe quoi avec la patisserie.

Enfant, j'allais rendre visite à mes grand-parents juifs et américains et nous mangions TOUJOURS des bagels avec des lox, du cream cheese, du coleslaw, du rye bread (là en l'occurence un pain blanc avec des graines de seigle), et des charcuteries issues de viande porcine ainsi que non-porcine (…oui, je sais!). Pour le petit déjeuner, on mangeait le plus souvent des bagels toastés dégoulinant de beurre. Le reste du temps on mangeait du cinnamon bread, ce que m'a beaucoup rappelé le povitica que l'on a fait avec les Daring Bakers en octobre dernier. Je pense que l'on mangeait de la challah de tems en temps. Malheureusement, l'autre moitié de ma famille est française, donc l'idéal, c'est une bonne vieille brioche avec une tonne de nutella dessus. Ou un pain au chocolat, ou un pain au lait avec une barre de chocolat, ou un morceau de baguette avec une barre de chocolat. Ou juste du chocolat.

La brioche me manquait beaucoup quand je suis partie aux US, adolescente et avec ma mère. Elle me manquait (ainsi que nombre d'autres choses) le matin et elle me manquait après l'école. Ça a été un déménagement difficile pour moi et comme ma Môman allait régulièrement au deli du coin de la rue, elle ramenait du cinnamon bread et de la challah pour sa fifille. À l'époque, le nutella était très dur à trouver aux États-Unis (y'a pas si longtemps que ça, on dirait).

Donc pour moi, la challah, c'est peu un remplacement de brioche. Mais en grandissant, et Dieu sait comme je suis vieille, je remarque que la challah est aussi un peu moins sucrée que la brioche, et un peu plus subtile (et c'est là que l'on constate qu'on se fait vieux!).

Et quand vos pains vous semblent vieux et rassis, pas de panique, essayez un bon vieux pain perdu!

S'ensuit la recette que j'ai utilisée, pour deux pains de honey white challah:

 

challah

 

CHALLAH (HONEY WHITE):

 

Ingrédients:
1½ tasses (360 ml) d'eau chaude
1 C.S. (15 g) (½ oz) de sucre
2 C.S. (18 g) (⅔ oz) de levure de boulanger
½ tasse (120 ml) de miel, ou un mélange de miel et sirop d'agave
1 C.S. (15 ml) d'huile (huile d'olive pour moi)
4 gros œufs
1½ c.c. (9 g) (⅓ oz) de sel
5 tasses (1,2 L) (700 g) (25 oz) de farine (jusqu'à 8 ou 9 tasses, ou à peu près 1 kg total)
1 œuf battu + de l'eau pour badigeonner/dorer
½ tasses de raisins golden, réhydratés dans de l'eau chaude (optionel)
½ tasse de graines de pavot (optionel)

 

Déroulement de la recette:
❧ Dans un grand bol mélanger 1/2 tasse de l'eau chaude avec le sucre et la levure. Laisser reposer environ cinq minutes pour que le mélange soit mousseux.
❧ Ajouter au mélange le reste de l'eau ainsi que le miel, l'huile, les œufs le sel et les cinq tasses de farine. Pétrir à la main ou au robot en ajoutant de la farine au besoin et petit à petit, jusqu'à ce que la pâte soit souple et lisse, environ dix minutes.
❧ Mettre la boule de pâte dans un autre bol bien huilé et tourner la boule pour la recouvrir uniformément d'huile. Couvrir d'un linge propre. Laisser gonfler dans un endroit chaud jusqu'à qu'elle ait doublé de taille, soit environ une heure et demie.
❧ Donner quelques coups dans la pâte (ça a un nom, je ne me rappelle plus!:-(), La diviser en deux. Si vous mettez des raisins, c'est le moment de les ajouter. Former les pains comme vous le désirez, tressés en trois, quatre ou six lanières.
❧ Placer les pains sur une (deux normalement, mais on fait avec ce qu'on a et ça marche très bien!!) plaque recouverte de papier sulfurisé, couvrir d'un linge et laisser gonfler trente minutes de plus.
❧ Préchauffer le four à 170°C (325°F).
❧ Badigeonner généreusement les pains du mélange œuf/eau. Saupouder de graines de pavot si vous les utiliser.
❧ Cuire 30 à 40 minutes. Ils doivent être bien dorés. Laisser refroidir complètement sur une grille.

 

img_6410traite_raw00_680

 

img_6424traite_raw00_680

 

 

 

Posté par FUJIIA à 19:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 mai 2012

Fraises Cléry et pain perdu

img_6439traite_raw00_680

Revoilà une édition du concours Belles Assiettes Belles Recettes. Encore de la vaisselle à gagner qui n'irait pas du tout pour me déplaire, le joli bol blanc qui mérite d'être vu en plus gros plan. Pour gagner, il suffit de présenter des fruits et/ou légumes de saison dans une assiette blanche. Certes, l'assiette est bordée de bleu, mais c'est surtout le blanc qui fait ressortir les fraises, non?

Sinon, en dessous des fraises, c'est du pain perdu fait avec du pain aux œufs challah, dont la recette sera accessible sur le blog à partir du 27 mai.

Les seules fraises françaises que je trouve en ce moment sont les cléry, ce qui me convient, puisqu'elles sont super bonnes. J'ai eu des mauvaises surprises avec des gariguettes, qui sont pourtant sensées être meilleures (enfin je crois, je dis peut-être des bêtises). Les mara des bois, c'est pas pour tout de suite, mais bien sûr, dans la catégories des fraises "cultivées", ce sont mes préférées.

img_6448traite_raw00_680

Petite salade de fraises:

❧ Couper les fraises en petits morceaux
❧ Les arroser de jus de citron
❧ Ajouter un petite cuiller à soupe de cassonade, plus ou moins ou pas du tout selon la qualité des-dites fraises.
❧ Mélanger. Réserver au frais ou manger immédiatement.

Pain perdu:

❧ Ce qu'il reste d'un pain qui commence à rassir
❧ Un œuf et juste assez de lait pour imbiber toutes les tranches de pain
❧ Quelques cuiller à soupe de sirop d'agave
❧ Huile (j'ai utilisé de l'huile d'olive, ce qui m'a paru un peu bizarre, mais je le recommande!)
❧ Pour la confection du pain perdu, il existe des milliers de recettes sur la toile, et c'est pas sorcier, donc je m'abstiens.
❧ Sucre glace pour décorer
❧ Et bien sûr, une petite douceur de fruits de saison, "à la mode", comme dans les "diners" américains. Il ne manque que la boule de glace à la vanille.

Je participe donc, comme on l'aura compris, au concours suivant:

 

 

 

Posté par FUJIIA à 20:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

30 avril 2012

Bok choy sauté et fèves fraîches justes blanchies

Il me reste quelques heures pour envoyer ma participation au concours Belles Assiettes - Belles Recettes. Et pourtant ce n'est pas comme si je n'y pensait pas presque tous les jours depuis un mois. Ce mois-ci, on joue sur les couleurs complémentaires, la couleur, c'est le rouge et le plat, les légumes verts. En dehors de la quasi-absence de vaisselle rouge dans mes placards, le légume vert est plus compliqué qu'il n'y parait. Je suis de celles et ceux qui ne comprennent pas pourquoi un légume ne doit pas être au centre d'un plat. Mais accompagner un légume est plus dur qu'accompagner une viande ou un féculent car ledit légume est la plupart du temps relégué au statut de garniture.

 

L'objet du concours organisé par Interprétations Culinaires est de gagner ce magnifique bol rouge de chez Sucre Glace, donc acheter de la vaisselle neuve est plutôt inapproprié. Comme je n'ai rien (mais rien!) je fais quand-même quelques brocantes pour voir. Il est sans doute moins grave de succomber à des objets d'occasion! Heureusement je n'ai rien trouvé. Quel dommage quand-même de ne pouvoir participer par manque de vaisselle… alors je fouille, je fouille… et je réfléchis. Il y a peut-être un objet quelque part qui me fait de l'œil mais que je ne vois pas…

…C'est tout trouvé! L'objet en question est un set de dessous de verres des années 60 en mélamine aux couleurs dépareillées, le tout dans une boite assortie rouge carmin. Un des dessous de verre, le jaune, est visible ici. Pour le reste, c'est de la faute de reines du bento comme Makiko Ito si le moindre semblant de boite se transforme en récipient pour manger. Reste maintenant à trouver la recette.

Ce n'est un secret pour personne, j'ai du mal à me considérer comme quelqu'un qui élabore des recettes. J'aime suivre à la lettre des valeurs sûres, ou alors me laisser aller à de folles expérimentations. Dans ce dernier cas, je n'ai qu'une idée vague de l'exactitude des ingrédients, surtout pour ce qui est des quantités. Le fait de transcrire mes essais en une partition à suivre est un effort que je fais avec plaisir parfois, que j'évite d'autres fois.

Là, j'ai eu le loisir de choisir parmi plein de légumes verts dans mon frigo et j'ai mis de côté quelques autres éléments. Je suis partie sur… Nan, j'déconne, je ne pars pas sur, contrairement aux candidats top chef. Ma cuisine est juste là, pas besoin de chaussures d'escalade! (si personne ne comprend l'allusion, je me  sentirai bien seule… déjà on ne part pas "sur", mais "de", "vers", "loin"). Si ils n'apparaissent pas sur la photo (les autres éléments mis de côté, pardi, faut suivre!!), ce n'est pas tant que je voulais mettre exclusivement en valeur les légumes, c'est plutôt que mon "assiette" était juste légèrement trop petite pour y caler de quoi se sustenter.

Il faut donc s'imaginer le truc. Pour l'apétance de la recette, ça risque d'être un peu compliqué, mais tant pis. Donc, une assiette creuse. Rouge l'assiette. Rouge aussi le petit dôme de spaghetti de quinoa à la tomate. Au centre du volcan et en quantité égale aux pâtes, des lamelles de bok choy sautées à l'huile d'olive. Éparpillées un peu partout, de belles fèves printanières bien vertes et juste blanchies, débarrassées de leur petite peau si désagréable sous la dent. Sur cette assiette imaginaire, je ne sais pas trop où mettre les noix de saint-jacques tout juste saisies de chaque côté. J'en ai prévu deux par personne: généreuse, la fille! J'inverse juste les rôles des garnitures. et donc j'hésite: en haut du volcan et si ça s'casse la gueule tant pis; ou en bas près de la côte et dans ce cas elles seraient mieux au nombre de trois.

Sachez que je ne triche pas. C'est réellement ce que j'ai concocté ce soir-là. Pour la photo, je me suis rendue compte de la petitesse du récipient, ai pensé à faire dépasser de force quelque spaghetti, me suis rendue compte de la mocheté du résultat, n'ai même pas essayé de poser une noix de saint-jacques qui de fait aurait pris toute la place et ce ne sont pas elles les stars aujourd'hui, finalement je me suis résolue à photographier mes légumes dans ma petite boite rouge. Et même si il manque des éléments, la photo donne faim, non?

pak_choy_et_fe_ves

Posté par FUJIIA à 19:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


27 avril 2012

Daring Bakers: Armenian nutmeg cake

img_1175-680

The Daring Bakers’ April 2012 challenge, hosted by Jason at Daily Candor, were two Armenian standards: nazook and nutmeg cake. Nazook is a layered yeasted dough pastry with a sweet filling, and nutmeg cake is a fragrant, nutty coffee-style cake.

This month I litterally had to force myself to do the challenge. I haven't been posting a whole lot on my blog and I wonder what it's direction will turn out to be. The strange thing is that this challenge really made my mouth water and early on in the month I bought everything I needed to do both these recipes. I really thought I would do both because they both looked pretty tasty and I did not know of either. Unfortunately time flew by this month, which is a good thing, right? Doesn't time fly when you're having a good time? But my sour cream didn't have the good sense of waiting for me. When it was just a few days past it's expiration date I used some of it for some mussels "marinière" (mostly white whine and shallots) and tossed the rest, something I hate doing.

So today, I happilly looked through April's Daring Bakers' pdf, looked for the necessary ingredients for nazook, as I wanted to make those in priority, and sadly realized why I had bought sour cream in the first place! I didn't cry very long since I soon realized I had everything needed to make the Armenian nutmeg cake. Too bad it's not Aunt Aida's recipe as well. It seems the Commonsense Cookery Book leaves too much room for common sense, which was lacking in me today. Somehow, as I was making it, I knew something was wrong, but I just did not know what. Here goes the anecdote: when using a springform pan, even if you make a crust that covers the entire diameter of the pan, do not ever try to pour something liquid in it! I wonder if my oven would have become a sweet boiling swimming pool had I precooked the crust. I am just gratefull that my oven is easy to clean.

Also, the act of sticking of a knife or toothpick in the cake to check for doneness was completely overlooked by me and after letting it cool completely my other half and I ate a sweet but raw cake. It took both our common senses to decide to pop it back into the oven for a little bit, thus skipping the indigestion. What we had a little later on was something slightly overcooked, but deliciously caramelized. I used slivered almonds intead of walnuts.

I will not share the recipe this month since it was a bit of a failure for me, it will be available here after may 1st.

img_1176-680

Le défi du mois d'avril des Daring Baker, dont l'hôte était Jason de Daily Candor, consistait en deux classiques arméniens: les nazook et le gâteau à la muscade. 

Ce mois-ci j'ai vraiment dû me forcer pour faire le challenge. Je n'ai pas beaucoup posté sur mon blog ces temps-ci et je me demande un peu ce qu'en sera la direction. Ce qui est étrange est que ce défi m'a tout de suite fait saliver et j'ai très rapidement acheté le ncessaire pour faire les deux recettes. J'ai vraiment pensé que je ferais les deux puisqu'elles me faisaient toutes deux saliver et je n'en connaissais ni l'une ni l'autre. Mais le temps a filé ce mois-ci, je qui est une bonne chose, non? Le temps ne file-t-il pâs quand on s'amuse (anglicisme)? Ma crème fraîche n'a pas eu le bon sens de m'attendre. Quand la date de péremption a été dépassée de juste quelques jours j'en ai utilisé dans des moules marinières et jeté le reste, ce que j'ai horreur de faire.

Alors aujourd'hui j'ai gaiement jeté un œil au pdf du défi du mois d'avril, ai vérifié les ingrédients pour les nazook, comme je voulais les faire en priorité. J'ai alors compris pourquoi j'avais acheté de la crème fraîche! Je n'ai pas pleuré longtemps car j'avais tout pour faire le gâteau à la muscade. Dommage que la recette ne vienne pas aussi de Tante Aida. Je crois que le Commonsense Cookery Book (litéralement Livre de la cuisine du bon sens) laisse trop de place au bon sens, ce qui me manquait aujourd'hui. Alors que cuisinais je voyais bien que quelque chose clochait mais ne mettais pas le doigt dessus. Pour l'anecdote, dans l'utilisation d'un moule à fond amovible, ne jamais mettre un appareil liquide même si une pâte sépare le liquide du moule. Je me demande si mon four serait quand-même devenu une piscine bouillante si j'avais précuit la pâte. Heureusement mon four est plutô facile à nettoyer.

L'idée de vérifier la cuisson à l'aide d'un couteau ou d'un cure-dent m'a aussi complètement échapé. Après avoir laissé le gâteau refroidir complètement, mon autre moitié et moi-même avons mangé un gâteau sucré mais cru. Il nous aura fallu additioner nos bon sens pour avoir l'idée de remettre le gâteau au four et ainsi éviter l'indigestion. Ce qu'on a mangé un peu plus tard était un peu trop cuit mais délicieusement caramélisé. J'ai remplacé les noix par des amandes effilées.

Je ne partagerai pas la recette de mon echec ce mois-ci, mais elle sera disponible ici à partir du 1er mai.

 

 

 

Posté par FUJIIA à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 avril 2012

Alomo bitters and chocolate chips

img_6298traite_raw00_680

Mon tout premier souvenir réel en cuisine remonte à avant mes sept ans. C'est la fabrication d'un gâteau au chocolat pour Noël avec mon Papy. C'est surtout l'acte délicat d'utiliser un pochoir pour saupoudrer dessus du sucre glace. Ça a du être une parenthèse entre deux grandes ères de cake aux fruits confits (la deuxième étant toujours en cours). Sinon, une vidéo que je n'ai jamais vue traîne quelque part dans laquelle on me voit, trop jeune pour marcher ou parler, mais un couteau à la main et en train de me découper des quartiers de pomme. Honnêtement je n'y crois pas trop, je doute de la fiabilité du témoin. Les années qui ont suivi j'ai masterisé l'art de la mousse au chocolat, du apple crisp, mais les cookies ont toujours été un échec. Ben oui, je pense que Môman et Frérot pourront en être témoin. On les sortait du four quand ils semblaient cuits, donc ils continuaient de brunir sur la plaque encore chaude. Il n'y a pas eu tant de tentatives, mais le résultat a toujours été le même. Les recettes des cookies et du crumble venaient du livre The Joy of Cooking, tandis que la mousse était cent pour cent emballage Nestlé desserts. Pour le sucré, c'est tout. En salé, mon frère et moi aimions tous les deux cuisiner et nous battions pour réussir les meilleurs œufs brouillés.  Ensuite il y a une période obscure pendant laquelle, quand on rentrait déjeuner avec ma coupine S et qu'on n'avais pas le temps de cuisiner, on mangeait des spaghetti crus au nutella. L'âge bête.

Récemment j'ai eu une envie de cookies et dans ma petite province, si je ne veux pas en manger des Made In Lu, j'ai plutôt intérêt à les faire moi-même… Donc je vais sur le site The Joy of Baking, vérifie que la recette ressemble bien à celle de mon souvenir, c'est le cas, je me lance. La recette préconise l'ajout de vanille. J'ai en ma possession un alcool gentiment offert par le frérot qui habite à Accra, Ghana. Il m'a dit texto: "C'est un peu dégueu donc il faut le boire avec beaucoup de coca!". Quelle gentille attention!! C'est du bitters (liqueur amère?), ou plus précisément, Alomo bitters (notez que c'est le premier élément de la liste alphabétique des bitters du monde). Comme il est courant de mettre du rhum, de l'armagnac, du cognac, même de la bière dans diverses préparations pâtissières et que le chéri et moi aurons bien du mal à terminer la bouteille, je tente de faire des chocolate chip cookies à l'arôme de Alomo bitters! L'alcool se dissipe à la cuisson et seul le goût amer-sucré de la liqueur reste en bouche dans le produit final, mais c'est quand-même et surtout le chocolat qui en ressort!

Ingrédients

225 g de beurre, à T° ambiante (oui, vraiment, il doit être mou!!)
250 g de sucre
2 œufs
300 g de farine
1 sachet de levure chimique
1 pincée de sel
250 g de pépites de chocolat
5 cl de liqueur Alomo bitters

Préparation

Pour environ 3 douzaines de biscuits. Préchauffer le four à 190°C.

Dans un grand bol, fouetter le beurre quelques minutes. Il doit avoir une consistance crémeuse. Ajouter le sucre, continuer de fouetter pour obtenir une consistance mousseuse. Ajouter en mélangeant un œuf puis l'autre.

Dans un plus petit bol, mélanger la farine, la levure et le sel. Ajouter à l'appareil aux œufs en fouettant. À mi chemin, ajouter le chocolat.

J'ai fait plusieurs essais pour la taille, et je recommande de faire des boules de la taille d'une petite boule de glace, que l'on place sur une plaque couverte de papier sulfurisé bien espacées. Si, comme moi, vous n'avez qu'une plaque, et si en plus votre pâte est très (trop) molle, réservez-la au réfrigérateur en attendant de faire la prochaine fournée. Vous pouvez même en congeler, mais il faudra alors prendre soin de congeler les boules de pâte sur une plaque couverte de papier sulfurisé, puis mettre les boules dans un sac de congélation. Elles seront alors prêtes à cuire sans décongélation (note pour la prochaine fois, quadrupler la recette!!!).

Cuire 10 à 15 minutes ou jusqu'à ce que les contours des biscuits soient dorés. Laisser refroidir complètement sur une grille.

           2012-03-11 20

 

Posté par FUJIIA à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 mars 2012

Daring Bakers: Dutch Crunch bread

img_6224traite_raw17_680

Sara and Erica of Baking JDs were our March 2012 Daring Baker hostesses! Sara & Erica challenged us to make Dutch Crunch bread, a delicious sandwich bread with a unique, crunchy topping. Sara and Erica also challenged us to create a one of a kind sandwich with our bread!


 

Sara et Erica de Baking JDs étaient nos hôtes Daring Bakers pour Mars 2012! Sara et Erica nous ont défiés de faire du pain Dutch Crunch, un délicieux pain à sandwich avec une croûte unique. Elles nous ont aussi défiés de créer un sandwich original avec notre pain!

img_6201traite_raw08_680

img_1058-680

What a fantastic challenge! I am still not the daring bread baker, even though the Daring Kitchen has taught me that it really isn't that hard! (I skipped the sourdough challenge, I may have to make up for it eventually! Allthough I am so bad at watering my plants, I wonder how good I'll be at feeding my sourdough!!) I have been postponing this challenge for fear of lack of organisational skills. As if it were'nt enough trouble to make one yeasted dough, we had to add the double yeasted crunch too!! During this process of procrastination, I wrote down ideas of possible fillers. Was it going to be a BLT? Something of a Jambon-beurre (classic French ham and butter on fresh baguette)? A deli inspired pastrami/roast beef with pickles, relish and yellow mustard? How about some falafels? Yum! I'll go for falafels! After some research, I opted for a chickpea veggie patty. And then to figure out what else to stick in there! I also looked for what typically lies in a Dutch Crunch sandwich. As I feared, the possibilities are endless, but devil sauce seems to win'em all in Yelp reviews. I am unfamiliar with this sauce and couldn't find an exact definition or recipe, but figured it was a kind of creamy garlic sauce similar to aioli. Needless to say, aioli was on the menu.

Now for a quick review of the bread itself, well, I was a little disapointed for one simple reason: I strongly dislike the smell and taste of yeast, and this recipe calls for a lot of it, and not a whole lot of salt. After eating two rolls (on two seperate days), I just couldn't eat any more, I could smell it from miles away (er, let's just say a few feet away!) On the other hand, this is a pretty simple recipe for bread that you could eat at lunchtime if you organize well enough. And that's not usually true of most breads. I'm glad I got the chance to make and taste Dutch Crunch, now I can't wait to go back to San Fransisco to try the real thing! (I've been to SF many times, I can't believe I never tried the crunch!!).


 

Quel défi fantastique! Je ne suis toujours pas celle qui se risque à faire du pain, bien que la Daring Kitchen m'ait maintenant appris que ce n'est pas si sorcier! (J'ai loupé le défi du pain au levain, il va falloir que je me rattrape un de ces quatre, mais vu comme je prends soin de mes plantes vertes, je me demande si j'arriverai à alimenter mon levain tous les jours!) Par peur de manquer cruellement d'organisation je n'ai pas arrêté de repousser la réalisation de ce défi-ci. Comme si ce n'était pas déjà assez compliqué de faire une pâte à pain normale, il faut lui rajouter une croûte de farine de riz avec le double de levure! Pendant ce processus de procrastination j'ai écrit quelques idées de garnitures possibles. Est-ce que ça allait être un BLT (bacon, salade, tomate), un jambon-beurre, un sandwich au pastrami ou au roastbeef typique des deli américains, avec de gros cornichons, de la relish et de la moutarde jaune? Et pourquoi pas des falafel? Hmmm! Va pour les falafel! À la suite de quelques recherches, j'optai pour des burgers végétariens au pois chiche. Et je verrai bien ce que je mets avec! J'ai aussi regardé ce qui se met typiquement dans un Dutch Crunch sandwich. Comme prévu, les possibilités sont infinies, mais la "devil sauce" semble remporter les suffrages dans les avis de Yelp.com. Je ne connais pas vraiment cette sauce mais elle semble être une sauce crémeuse à l'ail similaire à l'aioli. Donc, ben, aioli au menu.

Maintenant je vais faire une petite critique du pain en lui-même. J'ai été un peu déçue pour une raison très simple: je supporte très mal l'odeur et le goût très fort de levure. Dans cette recette, il y en beaucoup, et très peu de sel. Après avoir mangé deux pains (sur deux jours), je n'en pouvais plus, je sentais l'odeur de levure à des kilomètres à la ronde (ok, quelques mètres à la ronde!!). Mais je dois avouer que c'est une recette de pain très simple que l'on peut déguster pour le déjeuner si on s'organise bien, et ça ce n'est pas toujours le cas pour la plupart des pains. Je suis très contente d'avoir goûté le Dutch Crunch, mais j'ai maintenant envie de retourner à San Fransisco goûter le vrai Crunch (ce que je ne comprends pas, c'est que j'ai été plein de fois à San Fransisco, alors comment est-ce que je ne l'ai jamais goûté?)

img_6193traite_raw04_680

img_6217traite_raw14_680

img_6219traite_raw16_680

img_6231traite_raw19_680

ALL THE RECIPES:           I          TOUTES LES RECETTES:

img_6180_680

VEGGIE PATTIES (for 4 patties)

I used Heidi Swanson's recipe for the ultimate veggie burger, allthough I didn't follow her advice on why this makes for such a good burger. Thing is, I had my idea in my mind on what my sandwich was going to be like, I was just looking for a fallafel/veggie patty hybrid. I slightly changed the recipe according to what I had on hands, this version not being quite as healthy as the original.

- 1 1/2 cups canned garbanzo beans, drained and rinsed
- 2 large eggs
- pinch of fine-grain sea salt
- 1/2 red onion, chopped
- Grated zest of one untreated half lemon
- 1/3 cup chopped parsley
- 1/3 cup chopped fresh cilantro
- 1/2 cup toasted bread crumbs
- 1 tablespoon extra-virgin olive oil

➨ Combine beans, eggs and salt in a food processor and mix until still a little chunky. Transfer to a bowl and add the herbs, onion, zest and breadcrumbs. Reserve covered with saran wrap and in the fridge until ready to cook.
➨ Adjust the amount of moisture by adding either water, eggs or breadcrumbs. Don't be afraid to leave the mixture pretty moist.
➨ Form into 4 patties. Cook in a heavy skillet over medium-low heat for about fifteen minutes, turning them over at midpoint.


 

BURGERS AU POIS CHICHE (pour 4 pièces)

J'ai utilisé la recette du "ultimate veggie burger" de Heidi Swanson, mais je n'ai pas suivi ses conseils sur ce qui en fait un si bon burger (remplacer le pain par les "steak" de pois chiche). J'avais déjà ma p'tite idée de ce que je voulais pour mon sandwich, à savoir un hybride entre un veggie burger et un falafel. J'ai légèrement changé la recette, la mienne n'étant pas tout à fait aussi saine et diététique que l'originale.

- 350 ml de pois chiche en conserve ou en bocal, égoutés et rincés
- 2 gros œufs
- une pincée de sel
- 1/2 oignon rouge, émincé finement
- le zeste d'1/2 citron non traité
- 80 ml environ de persil grossièrement haché
- 80 ml environ de coriandre fraîche grossièrement hachée
- 120 ml de chapelure
- 1 CS d'huile d'olive

➨ Mixer les pois chiche, les œufs et le sel au mixeur, en gardant de la consistence et quelques morceaux. Mettre dans un bol avec le reste des ingrédients. Reserver au frais sous film plastique jusqu'à utilisation.
➨ Ajuster la consistance en ajoutant de l'eau, des œufs ou de la chapelure, sans avoir peur d'une pâte bien humide.
➨ Former 4 patties (normalement, un patty, c'est un steack haché). Cuire dans une poële à fond épais à feu moyen doux environ 15 minutes, en retournant à mi-temps.


img_6204traite_raw09_680

WHITE ROLLS recipe as provided

- 1 tablespoon (1 packet) (15 ml) (7 gm/ 1⁄4 oz) active dry yeast
- 1⁄4 cup (60 ml) warm water (105-110o F) (41-43°C) (No need to use a thermometer – it should feel between lukewarm and hot to the touch).
- 1 cup (240 ml) warm milk (105-110o F) (41-43°C) (We’ve tried both nonfat and 2%, with no noticeable difference)
- 11⁄2 tablespoons (221⁄2 ml) (20 gm/ 2⁄3 oz) sugar
- 2 tablespoons (30 ml) vegetable oil (plus additional olive or vegetable oil for greasing bowl during rising)
- 11⁄2 teaspoons (71⁄2 ml) (9 gm/1⁄3 oz) salt
- Up to 4 cups (960 ml) (600 gm/21oz) all purpose flour

➨ In the bowl of an electric mixer or large mixing bowl, combine yeast, water, milk and sugar. Stir to dissolve and let sit for about 5 minutes (The mixture should start to bubble or foam a bit and smell yeasty).
➨ Add in vegetable oil, salt and 2 cups of flour. Using the dough hook attachment or a wooden spoon, mix at medium speed until the dough comes together.
➨ Add remaining flour a quarter cup at time until the dough pulls away from the sides of the bowl (For us, this usually required an additional 11⁄2 to 2 cups of flour).
➨ Turn out onto a lightly floured surface and knead for about 4 minutes, until smooth and elastic.
➨ Place in a lightly greased bowl and cover with plastic wrap. Let rise for 1 hour, or until doubled (or more) in size.
➨ Once the dough has risen, turn it out onto a lightly floured surface and divide it into 6 equal portions (if you’d like to make rolls) or 2 equal portions (if you’d like to make a loaf) (using a sharp knife or a dough scraper works well). Shape each into a ball or loaf and place on a parchment-lined baking sheet (try not to handle the dough too much at this point).
➨ Cover with plastic wrap and let rise for 15 minutes while you prepare the topping.
➨ Coat the top of each roll or loaf with the topping as described above. While the original recipe
recommends letting them stand for 20 minutes after applying the topping, I got better results
by putting them directly into the oven.
➨ Once you’ve applied the topping, bake in a preheated moderately hot 380oF/190°C/gas mark 5 for 25-30 minutes, until well browned. Let cool completely on a wire rack before eating.


 

PAINS BLANCS (pour 6 pains, recette fournie)

- 1 sachet de levure de boulanger
- 60 ml d'eau tiède-chaude
- 240 ml de lait tiède-chaud
- 20 g de sucre
- 2 CS d'huile végétale
- 1,5 cc de sel
- jusqu'à 600 g de farine

Dans un grand bol, mélanger la levure, l'eau, le lait et le sucre. Mélanger et laisser reposer 5 minutes. Il doit y avoir des bulles ou de la mousse et l'odeur de levure.
Ajouter l'huile, le sel, et la moitié de la farine. Mélanger avec une cuiller en bois (ou avec les mains!!) jusqu'à ce que la pâte se tienne. Ajouter plus de farine, petit à petit jusqu'à ce que la pâte ne colle plus aux parois.
Abaisser sur une surface légèrement farinée et pétrir 4 minutes environ, jusqu'à obtention d'une pâte lisse et élastique.
Mettre dans un bol légèrement huilé, couvrir de film plastique, et laisser lever une heure ou jusqu'à ce que la pâte ait doublé de volume.
Abaisser à nouveau sur une surface légèrement farinée et découper en six parts égales à l'aide d'un couteau. Former des boules et placer sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Ne plus toucher.
Couvrir de film plastique et laisser lever le temps de préparer le Dutch Crunch.
Couvrir les petits pains d'une bonne couche de Dutch Crunch, étaler avec les doigts.
Enfourner à 190°C pour 25-30 minutes ou jusqu'à ce que les pains aient bien doré.
Laisser refroidir sur une grille avant de déguster.


img_1038-680

DUTCH CRUNCH TOPPING recipe as provided

Servings: This recipe should make sufficient topping for two 9x5 loaves (23cmx13cm) or 12 rolls. If you make only 6 rolls in the first soft white roll recipe, you can cut the topping recipe in half.
Note that you should not prepare the topping until the bread you’ve selected to bake is almost finished rising (~15 minutes from baking).

- 2 tablespoons (2 packets) (30 ml) (15 gm/1⁄2 oz) active dry yeast
- 1 cup (240 ml) warm water (105-115o F) (41-46°C)
- 2 tablespoons (30 ml) (30 gm/1 oz) sugar
- 2 tablespoons (30 ml) vegetable oil
- 1⁄2 teaspoon (21⁄2 ml) (3 gm) salt
- 11⁄2 cups (360 ml) (240 gm/81⁄2 oz) rice flour (white or brown; NOT sweet or glutinous rice flour) (increase by 1 cup or more for home-made rice flour)

➨ Combine all ingredients in a large bowl and beat with a whisk; beat hard to combine. The consistency should be like stiff royal icing – spreadable, but not too runny. If you pull some up with your whisk, it should drip off slowly. Add more water or rice flour as necessary. Let stand 15 minutes.
➨ Coat the top of each loaf or roll with a thick layer of topping. We tried coating it with a brush but it worked better just to use fingers or a spoon and kind of spread it around. You should err on the side of applying too much topping – a thin layer will not crack properly.
➨ Let stand, uncovered, for any additional time your recipe recommends. With the Soft White Roll, you can place the rolls directly into the oven after applying the topping. With the Brown Rice Bread, the loaves should stand for 20 minutes with the topping before baking.
➨ When baking, place pans on a rack in the center of the oven and bake your bread as you ordinarily would. The Dutch Cruch topping should crack and turn a nice golden-brown color.


 

CROUTE DUTCH CRUNCH

Cette recette est pour 12 petits pains, je n'avais pas vu, il faut normalement la diviser par deux, mais au moins j'ai eu une belle croute.

- 2 sachets de levure de boulanger
- 240 ml d'eau tiède-chaude
- 2 CS de sucre
- 2 CS d'huile végétale
- 3 g de sel
- 240 g de farine de riz (si vous la faites maison, ajouter encore 150g ou plus)

➨ Mélanger tous les ingrédients au fouet dans un grand bol. La consistence doit être celle d'un glaçage au sucre pour biscuits, étalable, mais pas trop liquide. Elle doit couler du fouet en ruban fin. Ajouter de l'eau ou de la farine de riz pour améliorer la consistence.
➨ Laisser reposer 15 minutes. Utiliser selon les besoins de la recette.


img_6211traite_raw11_680

AIOLI

(to say "garlic aioli" is redundant, as aioli means garlic and oil in Provençal, a southern French regional language close to Catalan.) Recipe from the book Petites Leçons de Cuisine en Provence by Guy Gedda and Marie-Pierre Moine.

- 4 cloves garlic
- 2 egg yolks
- about 1 cup olive oil
- fine salt and mill pepper

➨ In a mortar, crush the garlic with a pinch of salt. Add a few grinds of pepper and the egg yolks. Turn pestle in circles for about two minutes to form a thick and firm dough. Let it rest for five minutes
➨ Add the olive oil drop by drop as you would for a mayonnaise. When the sauce begins to thicken, add a constant flow of olive oil, still turning, always in the same direction. The pestle should stand straight in the thick sauce. Do not go beyond this point or you will ruin your aioli/mayonnaise (know that you can always fix it, experience tells you when to stop!). Cover with saran wrap and chill until ready to use.


 

AIOLI

Recette tirée du livre Petites leçons de cuisine en Provence de Guy Gedda et Marie-Pierre Moine.

- 4 gousses d'ail
- 2 jaunes d'œufs
- 160 ml d'huile d'olive environ
- sel fin et poivre du moulin

➨ Dans un mortier, piler l'ail avec une pincée de sel. Ajouter les jaunes d'œufs et quelques tours de moulin à poivre. Tourner le pilon en rond pendant 2 minutes environ pour former une pâte epaisse et ferme. Laisser reposer 5 minutes.
➨ Ajouter l'huile d'olive goute à goute, comme pour une mayonnaise. Quand la sauce commence à prendre, ajouter l'huile en filet, toujours tournant dans le même sens, jusqu'à ce que le pilon se tienne debout dans la sauce. À ce moment, arréter net, au risque de casser l'émulsion (mais c'est toujours réparable au pire, et c'est l'expérience qui dicte quand s'arréter!).
➨ Couvrir de film plastique et reserver au frais jusqu'à utilisation.




 


SIMPLE COLESLAW

adapted from recipe in What's On The Stove blog. Unlike Sherry, I think coleslaw keeps pretty well, so don't be afraid to make a lot.

- 1/3 to 1/2 of a large green cabbage, shredded as thinly as possible
- 3 Tbsp aioli
- 2 Tbsp lemon juice
- Chives, roughly chopped
- salt and pepper

➨Combine all the ingredients and eat immediately or keep covered and chilled. Yes, it will bleed water, but nothing compared to your common slaw (unless you put a lo-o-o-o-o-o-t of salt!)


 

COLESLAW

adapté de la recette du blog What's On The Stove. Le coleslaw est une sorte de rémoulade de chou. Contrairement à Sherry, je pense que le coleslaw se garde très bien, donc ne pas hésiter à en faire beaucoup.

- 1/3 ou 1/2 chou vert (ou un mélange chou vert, chou rouge, ajouter carottes, etc)
- 3 CS d'aioli
- 2 CS de jus de citron
- de la ciboulette, grossièrement ciselée.
- sel et poivre.

➨Mélanger tous les ingrédients et manger immédiatement ou reserver couvert au frais.


img_6208traite_raw10_680

COLLIOURE ANCHOVIES WITH PERSILLADE           ❘         ANCHOIS DE COLLIOURE EN PERSILLADE

Posté par FUJIIA à 13:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

20 mars 2012

Nouilles soba, bouillon de poulet et petits légumes

Bien le bonjour,

Bien qu'ayant écrit des articles quasiment un jour sur deux ces derniers temps et parfaitement consciente que mon travail peut parfois être en dents de scie, j'ai décidé aujourd'hui (enfin l'autre jour) de participer à un concours et par la même occasion de proposer une recette, une vraie avec des mesures et des temps de cuisson. C'est la fêêêêêêête!

Je vous propose de cliquer sur l'image pour aller voir les modalités du concours et découvrir, si ce n'est déjà fait le superbe blog Interprétations Culinaires. À la clef, de la jolie vaisselle du non moins joli site et blog Sucre Glace.

Il s'agit du premier d'une série (j'espère) de concours ayant pour thème De belles assiettes pour de belles recettes. Pour cette première édition, la couleur, c'est le noir, le plat, ce sont les pâtes!

C'est simple, je n'ai qu'un objet noir dans mes placards qui peut faire guise d'assiette, c'est un tout petit bol marqué par le temps que je remplacerais volontiers par celui à gagner. Il avait même un couvercle jadis, à cette époque c'était mon sucrier. Alors voilà, quand j'ai lu l'énoncé du concours, j'avais déjà prévu de cuisiner des nouilles soba pour agrémenter le bouillon tout chaud fait à partir de la dernière carcasse de poulet en date. Évidemment la vraie star de ce plat simplissime est le bouillon, donc il serait dommage de l'acheter tout prêt, mais rien ne vous en empêche si vous trouvez de l'appétence à mon plat mais n'avez pas le temps, la patience, ou la carcasse nécessaires à sa réalisation.

soba
…photo soumise au concours…

Recette des nouilles soba, bouillon de poulet et petits légumes, pour deux personnes

Ingrédients:

❧ 150g de nouilles soba
❧ 200 ml de bouillon de volaille
❧ petits légumes: oignon, carotte et plus selon l'envie et la saison
❧ une poignée de pignons de pin (facultatif)
❧ des chips de tomate (quand vous mondez des tomates, ne jetez pas la peau, faites la sécher à four très doux sur une feuille de papier sulfurisé, une fois sec, se garde en bocal à l'abri de la lumière)
❧ 1 CS de sauce soja légère

Réalisation:

❧ Cuire les nouilles cinq minutes environ dans un grand volume d'eau non salée, ou suivre les indications du paquet. Rincer à l'eau froide et réserver.
❧ Récupérer les légumes ayant servi à la confection du bouillon (on n'est pas chez la comtesse!) ou préférer des légumes glacés.
❧ Chauffer le bouillon seul. Ajouter la sauce soja, les nouilles et les légumes. Servir immédiatement parsemé de pignons et de chips de tomate.

soba2

La recette du bouillon:

Ingrédients:

❧ 1 carcasse de poulet (même sans le cou, les pâtes et les abats, ce serait dommage de ne pas profiter de ce que la volaille a encore à offrir. Y compris chlore et antibiotiques *_* )
❧ 2 carottes
❧ 2 tiges de céleri
❧ 1 oignon
❧ 2 échalotes
❧ 2 morceaux de 1 cm de gingembre frais
❧ 2 gousses d'ail
❧ 1 poignée de tiges de persil (quand on achète une botte et qu'on l'effeuille, garder les tiges, ça peut servir!)
❧ gros sel, petite poignée
❧ 1 petite poignée de grains de poivre (mélange 5 baies pour moi)
❧ 3 petits piments de Cayenne séchés, entiers, ou même plus
❧ huile d'olive

Réalisation:

❧ Faire revenir la carcasse et les petits os dans un peu d'huile d'olive. Si vous avez le courage, couper la carcasse en deux ou en trois.
❧ Quand elle commence à dorer, ajouter les légumes et toute la garniture, sauf le poivre et le piment. Continuer à dorer. Quand le tout commence à brunir, laisser encore une dizaine de minutes ou plus. Le tout doit caraméliser au maximum sans brûler.
❧ Ajouter de l'eau à couvert, sauf si la carcasse est entière, auquel cas couvrir seulement les légumes. Ajouter sel, poivre et piments.
❧ Porter à ébullition puis baisser le feu. Écumer si nécessaire. Laisser frémir 45 à 60 minutes.
❧ Retirer le plus gros de la carcasse et des aromates à l'aide d'une pince, d'une fourchette, de ce que vous avez sous la main, en prenant soin de mettre délicatement de côté les carottes et les oignons, ou n'importe quel légume qui ne serait pas devenue de la bouillie!
❧ Passer au tamis ou à la passoire, laisser refroidir complètement avant de réfrigérer ou congeler; ou utiliser tout de suite.

La preuve en image:

bouillon

15 mars 2012

nouilles chinoises, romanesco et bacon

Flattée de savoir que mes posts ne passent pas inaperçus, et même que mes études folles du goût ont inspiré, je continue dans ma lancée. Même s'il est sage de savoir s'arrêter, mon blog n'est pas une table de black jack! Alors j'y vais!

Toujours dans l'optique de maximiser l'ampleur du goût, son intensité, mais avec un minimum d'ingrédients, je choisis trois éléments dont les saveurs respectives correspondent à ce que j'ai en tête ce jour là. Ça peut paraître saugrenu ou au contraire évident. Je n'en sais trop rien. Ce que je peux dire, c'est que le plat était un peu sec. En même temps, il aurait suffit d'un peu plus (le double) de chou et c'aurait été farpait! Mais au prix du chou romanesco, bio de surcroît, on se contente de nouilles qui remplissent le ventre. Pas très diététique, tout ça…

J'ai trouvé un bon moyen de cuire le bacon lors du défi des Daring Bakers sur la mousse de sirop d'érable dans un contenant comestible. Il s'agissait de le cuire à l'extérieur d'un moule pour former une coupelle. La coupelle, c'est un peu compliqué, ça prend du temps, même si ça en jette, faut le dire! Mais à ce moment là j'ai compris que je pouvais cuire mon bacon dans le four, sur une grille, de manière à ce que les graisses coulent au fur et à mesure qu'elles fondent, de ce fait, minimisant leur quantité dans le produit final. Le résultat est un bacon croustillant comme j'aime!! À égoutter sur un essuie-tout quand-même à la sortie du four.

Rassurez-vous, je n'achète que très rarement du bacon, mais parfois, sûrement du fait de mes origines à moitié américaines, j'ai des envies insatiables! Toujours en tant qu'américaine, je suis aussi douée pour le multi-task, terme à inclure absolument dans un CV, au moins pour montrer qu'on le connaît. Un(e) multitasker est une personne polyvalente, mais avec une connotation d'avoir les capacités d'être très fort pour faire plusieurs choses en même temps.

Bref, tout ça pour dire que j'adore diviser mon four pour faire plusieurs choses en même temps! Pour certaines personnes, c'est une évidence! Moi, quand je le fais, j'en suis très fière. Vous noterez que je devrais peut-être nettoyer la porte du four, ou demander à l'homme de le faire! L'intérêt d'un blog et plus précisément des photos, c'est que ça permet de mettre en lumière ce genre de défauts!

Donc, j'utilise dans mon four la même méthode pour rôtir mes légumes que pour les griller sur mon grill en fonte (et accessoirement au barbeuk, si j'en avais un!). Cette recette de courgettes grillées est une des plus consultées sur mon humble blog. Et ce, grâce notamment (seulement) au site des foodies que je ne fréquente plus. Il faut bien huiler le légume et bien le saler, mais faut pas pousser, faut pas que ça baigne dans l'huile non plus, hein! Et on enfourne.

Le bacon, c'est fait, le chou, c'est fait… Pour les nouilles, je suis beaucoup moins sûre de moi. Pourtant, depuis toute petite, je suis la goûteuse de service, celle qui dit toujours "encore une petite minute" et à qui on sert un verre de vin, erreur! Rassurez-vous, petite, c'était la grenadine, mais le sucre avait sans doute un effet pervers aussi. Toujours est-il qu'un italien qui rabâche toujours que les français ne savent pas cuire les pâtes était toujours étonné de l'al dentitude de ce qu'il trouvait sous la dent chez moi. Je vous l'accorde, c'était un italien fort de préjugés! Passons…

Les nouilles chinoises, c'est pas que c'est différent, mais comme pour les cappellini, le moment où la pâte est al dente est très court, elle passe très vite de l'état de crousti-dure à celui de bouillie. Et comme je n'ai pas tellement l'habitude de ladite nouille de blé dur (jusque là c'est tout pareil) aux extraits de crevette (ou de sauce de poisson, je ne sais pas trop), je ne suis pas sûre de la quantité d'eau à mettre, ainsi que celle de pâtes. De plus, elles sont le plus souvent sautées au wok avec d'autres ingrédients après cuisson à l'eau, alors que moi, je les ai servies telles quelles. Le résultat était collant, ce qui en soi ne me déplaît pas, mais j'ai été obligée de les tronçonner pour avoir des blocs distincts.

Rien d'autre, du gomashio fraîchement préparé, au cas où ça manquerait de goût, mais pas utilisé, c'est tout. À une prochaine fois pour plus d'expériences bizarres!!

img_0914-680

img_0915-680

img_0916-680

img_0917-680

 

Posté par FUJIIA à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,