24 Février 2013. Date du dernier message. Deux mois et demi de silence. Un brouillon enregistré le 7 Mars 2013. Je le relis aujourd'hui. Pire que dans mon souvenir. Ce n'est pas aujourd'hui que je vais le publier. Ce n'est pas l'envie qui m'en manque. Il y a une limite à la noirceur. D'ailleurs elle contraste avec le blanc rayonnant de ma mise en page et de sa banière, toute de rose vêtue.

Combat permanent entre la pudeur et le désir d'expression. Je ne trouve plus mon compte sur le blog. Les rencontres ont été superficielles et passagères. Elles ont rempli mon cœur pour finalement disparaître. Parler à des inconnus ne me dérange pas en soi. Sauf que la palette des inconnus s'élargit. Ce qui crève de sortir de mon fort intérieur ne peut que choquer les âmes sensibles.

J'ai longtemps plus ou moins réussi à délimiter l'espace public. Pour ce qui est d'échanger des recettes, même si on a toujours un peu tendance à raconter sa vie, on ne vire jamais dans l'intimité. Avec le projet photo 52, ça a été un peu plus dur. La photographie dévoile forcément une part d'intimité. Comme si j'avais porté les célèbres souliers rouges, je me suis laissée allée à la liberté et à l'exhibition. Redécouvert la créativité, la vraie. Celle où l'on grave la vie sur des supports divers. Mais la vie n'est pas toujours rose et laisser ces empreintes sur l'océan du web s'avère être une tâche dure à assumer.

Je vous laisse donc avec des photos qui n'ont rien à voir avec ce que je dis…